Partagez | 
 

 Somewhere in the city of Los Angeles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

Invité
MessageSujet: Somewhere in the city of Los Angeles   Ven 6 Aoû - 0:33

Plusieurs jours après avoir consulté en compagnie de BJ, Alfred Saton, Jakob avait rendu une nouvelle visite à Saton mais cette fois en allant seul et en ne disant rien à BJ. Il ne savait pas pourquoi, mais Saton lui avait demandé de venir seul et de garder les secret sur ceci. Pourquoi ? Jakob ne saurait le dire et ceci l’intrigua beaucoup.

Il alla donc vers le hangar de Saton et frappa à l’entrée ou un gardien l’accueilli le demandant son nom. Il le donna et le gardien le fit rentrer, toujours avec un regard méfiant casi omniprésent sur le visage des gens qui faisaient le boulot de garde. Jakob savait de quoi il parlait, il avait longtemps dû faire ce job et même aujourd’hui on lui disait d’avoir une expression de visage marquée par la méfiance, héritage de ce boulot. Il rentra donc dans une petite chambre faisant fonction de salle d’attente avant le bureau de Saton. Un des gardes le dit d’y attendre jusqu’à que Saton finisse avec une affaire urgente et imprévue. Il lui fallu attendre un moment dans cette petite chambre vide et aux murs de béton car ce fut le soir et Saton fut occupé par une affaire dont la nature ne lui fut pas révélé par le gardien. Jakob se disait que ce devait être un contrat pour la drogue ou autre chose lié aux activités de Saton ce qui justifiait le secret et que la rencontre ait lieu dans l’antre de Saton. Il attendit donc, s’asseyant sur une vieille chaise en fer et regardant sur le mur en béton.

Après vingt minutes d’attente, une jeune femme afro-américaine sortit du bureau. Ses cheveux furent tressés et elle ne devait pas faire plus de dix-huit ans. Elle porta des chaussures en talons, une robe noirs et même des gants noirs. Elle fut de loin trop bien habillée pour être une simple employée ou une escorte-girl de Saton. Ceci rappela à Jakob que des rumeurs prétendaient que Saton aurait ouvert un bordel dans le Downtown en achetant l’ancienne station de police. La jeune femme le sourit avec une dentition trop parfaite pour être naturelle et lui dit que Saton était prêt à l’accueillir. Jakob s’avança donc et entra dans le bureau. La jeune femme entre temps sortit de l’antichambre en allant vers la sortie du hangar ou le gardien lui ouvrit la porte. Elle ne devait pas être pour la première fois ici.

Dans le bureau, Saton fut assit dans son fauteuil en cuir noir, piqué dans un bureau de manageur d’une multinationale derrière un vieux bureau en bois massif, dont l’origine fut une villa dans les collines d’Hollywood. Saton avait autour des soixante ans mais vu qu’il fut toujours dur à estimer chez les afro-américains l’âge, beaucoup le donnaient à peine cinquante. Il portait ses cheveux gris courts, dernier vestige d’un afro que Saton avait porté dans sa jeunesse et qui avait fait fureur parmi les jeunes filles. Le bureau fut installé dans un ancien vestiaire, à l’origine ce que tout le Monde croyaient être un hangar fut une réalité une ancienne sauna mais avec le Big One, ce lieu pouvait aussi bien avoir été un hangar et personne était à ce détail prêt surtout pas avec Saton qui fut connu pour avoir des crises de colères effroyables coûtant pas rarement la vie à plusieurs de ses employés.

Jakob une fois rentrés dans le bureau, fut invité par Saton de s’asseoir sur la chaise en face de lui ce qu’il fit. La dernière fois il était venu avec BJ et donc maintenant qu’il était seul, il fut inspiré par une peur respectueuse de Saton comme s’il se trouvait face à un prédateur ce qui fut assez proche de la réalité. Beaucoup d’histoires courraient sur Alfred Saton et tous donnaient un message, ne jamais se faire Saton comme ennemie et jamais provoquer sa colère.

Saton commença à parler, au fond ce fut presque un monologue mais Jakob écouta attentivement à Saton, n’osant pas l’interrompre. Alfred Saton parla au début de la dernière rencontre ou Jakob avait chanté un texte de l’Old School disant que Jakob avait le sens du rythme et surtout de la musique et donc qu’il avait les qualités pour percer dans la branche de la musique. Il lui dit aussi qu’après mûre réflexion il était venu à la conclusion de l’aider, de lui donner un coup de main. Bien sûr, il avait depuis le Big One perdu le pied dans la musique mais il avait toujours des bonnes relations avec le propriétaire du plus grand studio d’enregistrement de la ville, là ou passait tous les grandes stars et newbies aux grandes ambitions. Il allait donc faire à Jakob une faveur, unique, il allait parler avec le propriétaire du studio et le convaincre d’engager Jakob comme ingénieur de son. Ceci fut une position parfaite pour faire les premiers liens dans le milieu et surtout aussi pour pouvoir avoir les outils et contacts pour produire des premières songs de qualité. A partir de là, ce serait à Jakob de voir comment se débrouiller pour grimper les échelons à partir de là. Saton termina son discours-monologue-dialogue unilateral et regarda Jakob en attendant sa réponse. Jakob réfléchit une dizaine de secondes, entre temps Saton sortit un paquet de cigarettes, en extrayait une et se la mit dans la bouche pour sortir après un briquet et s’allumer avec ceci la cigarette. Après environ dix secondes, Jakob répondit qu’il accepta l’offre. Il n’avait rien à perdre, au contraire ceci pouvait être une occasion unique. Alors Saton ajouta, malin comme il fut, qu’il demandait en contrepartie qu’une chose. Il lui faisait une faveur et donc si Jakob devrait percer et devenir une star, alors il lui demandait qu’il le rende aussi un jour une faveur, bien sûr non-monétaire. Jakob accepta aussi ces conditions même s’il se posa des questions en quoi cette faveur pourrait consister mais il n’osa pas exprimer son doute face à Saton.

Tous les détails réglés, Saton remercia à Jakob d’être venu ce qui fut une invitation de quitter le bureau. Jakob remercia à son tour Saton en disant que ce fut à lui de le remercier et s’en alla vers la sortie. Il traversa comme avant la jeune femme l’antichambre et alla vers la sortie de l’hangar-ex-sauna. Dehors, il se mit en route vers son logement. Là-bas, il appela BJ pour lui parler de l’offre de Saton. Jakob s’attendait que son ami soit furieux qu’il quitte son poste dans le gymnase pour le studio d’enregistrement mais ceci ne fut pas le cas. Bien au contraire, BJ se disait heureux qu’il ait accepté l’offre car ceci fut une occasion unique et pour le gymnase, dit-t-il sur un ton moqueur, il trouverait bien une autre brute pour faire le sale boulot. Ceci ne fut pas de problème. Les deux hommes passaient alors à d’autres sujets moins importants comme par exemple comment Jakob avait rencontré la jeune femme chez Saton et des rumeurs qui parlaient que Saton avait intention d’investir dans la prostitution dans le Downtown. Ils parlaient aussi un peu sur la politique même si ceci fut un sujet vite épuisé vu l’état de la Californie et aussi des Etats-unis en général qui furent plongés dans une crise économique à cause de la destruction de Los Angeles et les autres grandes villes situés sur la faille de San Andreas.

Le jour suivant Jakob fut contacté par téléphone par le chef du studio d’enregistrement qui l’invita de se présenter pour le job d’ingénieur de son. Il arriva donc à dix heures dans le studio ou il passa un entretien de formalité avant de recevoir le job. Les relations de Saton semblaient toujours être aussi fortes qu’avant le Big One. Il avait donc reçu une faveur de Saton, maintenant il devait se débrouiller lui-même pour percer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Somewhere in the city of Los Angeles   Sam 7 Aoû - 0:55

Jakob Atalanta avait commencé son job d’ingénieur du son depuis environ deux semaines. Le premier jour qu’il était venu, la secrétaire l’avait présenté à son co-équipier dans le studio, Eddie Carlson qui s’avéra d’avoir été avec Jakob dans l’équipe de basketball pendant leur temps à l’high school. Les deux jeunes noirs s’étaient immédiatement reconnus quand Jakob entra dans la pièce, se saluant chaleureusement et affirmant chacun que ceci fut bel et bien une belle surprise. Jakob ne pouvait pas croire sa chance de tomber sur un de ses anciens potes. Ce fut une chance incroyable et ceci facilitait énormément à Jakob son intégration dans l’équipe du studio.

Eddie lui expliqua après l’avoir montré les instruments qu’il avait après la fin de l’high school prit un job comme ingénieur du son et qu’il l’avait gardé jusqu’à maintenant. Même après le Big One il n’avait pas changé le job. Il lui raconta même que travaillant dans le studio quand il eut lieu, il n’avait même pas remarqué le séisme. Au fil de la première journée, Eddie l’expliqua comment utiliser les instruments lui disant que le plus important fut d’avoir une bonne oreille, chose qui fut donné à Jakob comment il constata quand il pouvait essayer les instruments. L’après-midi Edddie le présenta aux autres membres du studio.

Deuxième journée, Jakob assista à Eddie pour l’enregistrement d’un rappeur peu connu voir même totalement inconnu. Un mec qui chantait bien mais dont le contenu n’avait aucun fond et sens, qui n’était pas en symbiose avec ce qu’il disait et qui dont jouait au grand gangsta sans en être vraiment un. Ce fut probablement un mec aux parents riches qui voulait faire cool, sans aucune expérience de la vraie vie. Pendant que le pseudo-gangsta aux chaines dorées chanta, Eddie lui expliqua les trucs pour manipuler le son et surtout faire les effets secondaires tellement importants. Jakob essaya et le résultat fut fort acceptable, Eddie le nomma même excellent ce qui fut un grand compliment, ajoutant même que le son qu’il avait manipulé fut probablement le seul bon truc dans ce song. Le soir, Eddie invita quand ils sortaient du studio Jakob à aller manger un truc au Burger King qui avait été très récemment reconstruit. Jakob n’ayant pas envie de devoir déjà se taper les deux heures de marche vers son logement le suivit dans cette idée. Jakob réfléchit à se chercher un logement dans le coin vu qu’il avait marre de devoir marcher deux heures. Depuis le Big One les transports publics furent dans la plus grande partie de la ville pas encore rétablis et donc si on ne voulait pas se taper des heures de marche, fallait essayer de vivre dans le coin. Au Burger King, les deux afro-américains commandaient une fois le menu et passaient la soirée à parler des bons vieux temps à la High School. Eddie admit qu’il trouva bien qu’il était venu travailler au studio, ceci lui permit d’avoir un pote dans l’équipe vu qu’il ne se comprenait pas très bien avec les autres, le fait fut qu’il fut jusqu’à l’arrivé de Jakob le seul noir dans l’équipe et que depuis le Big One, les bonnes vieilles haines étaient remontés entre les races. Jakob comprit Eddie car ceci fut le cas un peu partout dans la ville. Le séisme avait rendu les gens violents et donc toute excuse fut bonne pour pouvoir justifier la violence et le vol, que ce soit la religion, la race ou la classe sociale, tout fut sujet pour justifier qu’on volait son voisin.

Après la bouffe, les deux potes se séparaient et Jakob s’en alla de retour vers la banlieue de Los Angeles ou plutôt les ruines des banlieues. Pour gagner du temps, Jakob suivit les voies ferrés car ils furent relativement dégagés et menaient directement vers la banlieue. Ce fut à nouveau une soirée forte lumineuse, la Lune se montra à nouveau dans sa pleine forme et Jakob ne put résister à la regarder un instant. Elle l’inspira, il avait soudainement le sentiment, le désir de chanter, de dire ce qu’il sentait. Arrivé chez soi, il n’alla pas se coucher mais ignorant la fatigue, il prit une feuille et commença à écrire. Il entendait dans sa tête même la musique, le rythme et il nota ceci en indiquant avec des flèches et signes. Une vague d’inspiration le noya, il écrit en chantant à voix basse sur la vie dans la banlieue, sur la vie dans ces ruines, la violence et la haine nécessaire à la survie. Ce fut une confession, une confession de la vie comme elle fut dans la banlieue, dans les ruines de Los Angeles, dans un monde abandonné par les politiciens de la Californie, ignorée par les maitres de Washington. Arrivé vers le bas de la page, il s’endormit et se réveilla quelques heures plus tard effrayé d’arriver en retard au studio en regardant sa montre. Il du courir mais il arriva à temps, entrant dans le studio et accueilli par un Eddie souriant qui l’offrit en premier un café en voyant dans quel état il fut.

Les jours qui suivaient, Jakob se concentra sur le boulot laissant de coté le song qu’il avait entamé sous l’impulsion de la Lune. Eddie, fort content que Jakob se débrouillait seul pour le mixage et la prise de son, le prit avec pour la rencontre avec les artistes. Ceci faisait aussi parti du job d’ingénieur du son. Non seulement il fallait enregistrer et embellir ensuite mais aussi, il fallait avant parler avec les rappeurs, chanteurs et autres soi-disant artistes pour discuter sur quel son il fallait ajouter, quel danseurs avoir, quels effets inclure et aussi voir ce qu’il fallait changer au song pour qu’il devienne fluide. C’était surtout un travail de persuasion car beaucoup croyaient dur comme fer que leur song fut inspiré par Apollon en personne et que rien fut à changer, qu’il faillait à tout prix avoir des filles nues et trente-six différentes lumières. Eddie détestait au fond faire ce boulot car il trouvait la plus part des artistes chiants et cons, ceci furent ces mots. Bien sur pas tous, Eddie aimaient discuter avec les vraies chanteurs mais avec les nouveaux venus se prenant tous pour 50 cent ou Eminem il n’avait aucun felling. C’est ainsi que des la deuxième semaine, il demanda souvent à Jakob d’aller discuter seul avec les newbies. La première fois fut assez difficile, il ne savait pas par quoi commencer mais à partir de la deuxième, il avait dans sa tête déjà un sorte de systématique pour interroger et surtout conseiller les nouveaux venus. Il apprit très vite, que le mieux fut de se fier à l’instinct au niveau des gouts et Eddie le confirma cette impression. Le fait qu’il fut noir et beaucoup plus musclé qu’Eddie l’aida dans sa tache car ça calmait les jeunes artistes trop ardents qui réfléchissaient deux fois avant d’insulter. En contrepartie pour faire le sale boulot, Eddie intégra toujours d’avantage Jakob quand il avait une rencontre avec des grands artistes, le présentant aux chanteurs et aussi le laissant faire des parties des discussions ce qui non seulement le donnait de l’expérience mais aussi le contact avec les grands de la scène musicale.

Jakob aima son nouveau job, il fut enfin dans un job qui le plaisait. Il avait le contact direct avec la musique et aussi rassemblait l’expérience qui pouvait lui être très précieuse pour lancer sa probe carrière musicale. Pour son song, il ne l’avait pas continué car il passait son temps libre soit avec Eddie soit à la recherche d’un logement autour du studio, une chose presque impossible dans une ville à 80% détruite mais il avait tellement marre de se taper quatre heures de marche par jour qu’il n’avait aucun problème à faire les agences immobilières après le boulot.
Revenir en haut Aller en bas
 

Somewhere in the city of Los Angeles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA in Live :: Topics Abandonnés-