Partagez | 
 

 Hey girl ; we've already met, haven't we ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

Invité
MessageSujet: Hey girl ; we've already met, haven't we ?    Ven 30 Juil - 18:19



    Je venais à peine de finir mon installation sur la Cité des Anges que me tombaient sur la tronche photographes et agences. Une séance par ici, une autre séance par là ; je comprenais maintenant pourquoi mon ancien responsable m’avait parlé de Los Angeles comme la ville d’avenir. Depuis plusieurs semaines mon nouveau responsable travaillait sur une publicité pour un parfum. Les responsables marketing cherchaient de nouvelles têtes et, qui dit nouvelles tête, dit… que j’avais ma chance ! Et ça n’avait pas loupé. Après quelques heures de négociations, les engagés marketings étaient d’accord pour me prendre –je vous laisse imaginer ma joie… Ce shooting, s’il était productif pourrait être le lancement de ma carrière à Los Angeles et, rien que d’y penser, j’étais décider à tout péter. Manque de chance, changement d’avis à la dernière minute, la production voulait un couple. Génial… J’aurais volontiers proposé mon égo et moi, mais déjà que l’humour n’était pas du gout de mon responsable, je doutais fortement qu’il soit aussi au gout de la prod. Du coup comme je n’étais pas en couple, et que je ne connaissais pas non plus de modèle féminin sur la cité des Anges, le casting me passait allègrement sous le nez. Mais vous qui me connaissez, vous deviez bien vous attendre à ce que je ne laisse pas les choses se passer ainsi… D’urgence, je saisissais mon téléphone et composais le numéro de mon responsable.

      « Toi qui as des connaissances dans le milieu tu dois bien connaitre des jeunes femmes compétentes ! »
      « Ca n’a rien à voir avec la compétence Jaden ; vous n’êtes pas un couple vous n’avez jamais trav… »
      « Maintenant on en est un ; trouve la moi et je la demande en mariage »

    Je me mis à rigoler et partis, les mains dans les poches pour boire un café. J’étais confiant, je savais bien que même si l’idée dans le fond lui déplaisait parce que c’était de la triche, elle l’attirait parce qu’il me sentait capable de jouer la comédie, et de m’adapter en deux ou trois mouvements à la future modèle. Et puis ce contrat était bien trop important pour jouer les fines bouches et pour faire dans la dentelle. Ils demandent un modèle –je leur donne un modèle ; ils demandent un couple –je forme un couple.
    Assis à la terrasse d’un Starbuck, mon téléphone se mit à sonner ; c’était mon responsable, il devait m’appeler pour me dire qu’il avait trouvé une modèle et que le casting était dans une heure. Un sourire se dessinait sur mes lèvres ; je laissais sonner une fois… deux fois… trois fois… quatre… et je répondais.

      « J’parie que t’as eu peur vieux crouton… »
      « Arrête un peu de faire le con Jaden ; t’as rendez-vous un rencart dans une heure. »
      « You rock guy ! J’savais que t’étais un bon toi ! »
      « Oui bah fais moi plaisir, une fois face à elle ; évite d’ouvrir la bouche tu vas lui faire peur »

    Et il avait raccroché. Oh le fumier ! S’il pensait que j’allais laisser passer ça ! … La vengeance est un plat qui se mange froid. Je me levais de la terrasse du café et laissa quelques dollars sur la table. Je souriais à la charmante serveuse qui vint débarrasser et lui lança un clin d’œil et un sourire en coin. La réaction fut immédiate, la jeune femme passa du blanc au rose ; j’adorais faire ce coup là !
    Au pas de course, je rentrais chez moi et pris une rapide douche froide. J’enfilais un jean et un t-shirt blanc ; de toute façon comme toutes les publicités pour parfums, j’étais prêt à parier que ça finirait à poil. Une fois prêt, je choppais en vol les clefs de ma voiture et me rendais à l’adresse que mon responsable venait de m’envoyer par message. Quelle synchronisation ! On aurait presque pu se croire dans James Bond !
    La séance se déroulait chez un photographe de Los Angeles, visiblement assez connu en ville. Lui était rentré juste avant moi mais moi, bien évidement j’avais été arrêté par les gorilles qui guettaient l’entée, et j’avais du me fatiguer à sortir mes papiers d’identité… Que la vie est dure quand on recherche la célébrité… Enfin bref, j’avançais dans le couloir qui débouchait sur le studio. Mon responsable était déjà là, et m’accueillis comme il se doit.

      « Béni soit le jour où tu arriveras enfin à l’heure ! » Il me laissait une petite claque derrière la tête à laquelle je répondais en rigolant. « Ta moitié est là-bas ; facile à repérer pour ton radar à belles blondes. »

    Ah ça pour une belle blonde c’était une belle blonde ! Quelle joie ; la séance commençait bien. Je m’avançais vers elle et… non !!! IZZIE STEVENS !!! Toujours aussi belle… Mais… mais attendez ! Qu’est-ce qu’elle fout là ?! Ra’ non de Dieu, j’m’en fous ; j’étais vraiment heureux de la retrouver. Je m’avançais vers elle.

      « Hóigh mo álainn… » J’attendais qu’elle se retourne avant de reprendre « Il semble que tu te sois égarée Stevens… New-York ; c’est de l’autre coté des Etats-unis… »



Revenir en haut Aller en bas
Izzie Stevens

Modo
• The player : Kareen
• I'm here since : 17/12/2008
• My number of posts : 2991
• Avatar : Katherine Heigl

• My age : 24
• My job : actrice mannequin
• My dwelling : chinatown 307b

___ MORE
• Statut: Collectionneur(euse)
• Relationship:
• Children: Un gremlins ? Not yet !
MessageSujet: Re: Hey girl ; we've already met, haven't we ?    Sam 31 Juil - 17:10

Elle serait bien restée dans les bras de Morphée la demoiselle, oui mais non, Monroe, son charmant Monroe venait la réveiller. Mais pourquoi, pour bosser, ah vraiment, elle devait, non mais pourquoi, c’était obligatoire, le loyer oui bah après tout il pouvait bien le payer tout seul au pire, il en avait les moyens non ?
Ouais d’accord compris, il avait aussi les moyens de se payer un appart tout seul et de la laisser se démerder si elle ne se magnait pas de bouger son charmant petit cul.
Bah ce n’était même pas drôle la vie, elle devait passer des castings en plus dans la matinée, alors elle devait être plus que présentable. Après une bonne douche, elle se dépêchait d’enfiler une tenue. Ouais enfin se dépêcher c’était vite dit parce qu’il fallait d’abord la trouver la tenue. Après multiples hésitations, elle optait pour une tenue assez simple, un jean qui lui faisait un bon fessier, ce n’était pas qu’elle adorait se faire mater le cul, bon faut bien reconnaître qu’il y avait pire dans la vie tout de même, mais bon elle savait qu’elle devait faire une impression époustouflante, et si ils arrivaient à se souvenir de son fessier, c’était déjà ça de bon à prendre. Peut être qu’avec le temps ils se souviendraient de ses performances aussi.
Elle mettait ensuite un t-shirt coloré, elle par faisait son brushing, elle laissait ses cheveux détachés, elle les avait coupés récemment pas trop court, il lui retombait toujours sur les épaules, elle se trouvait toute mimi, un maquillage pas trop exubérant, elle aimait rester un peu discrète quand elle n’était pas en shooting, ça la changeait.

Bon elle en ressortait de ce casting, sans vraiment savoir si c’était bon ou mauvais, elle se demandait des fois si elle devait continuer ou pas, elle était en pleine pensée quand son portable sonna…


Putain tu fais chier Monroe, je réfléchissais là. Comment ça je ferais mieux d’arrêter ça va me faire du mal…Non mais tu te fous de ma gueule. Ouais bah je vais vraiment finir par en mettre de l’arsenic dans ta bouffe méfies toi chéri… Quoi dépannage express pour une pub ? Ouais pourquoi pas, avec un mec, , bon ça me dérange pas, j’espère que se sera pas un obsédé comme la dernière fois, en plus il puait ce mec rahhh… Ouais je fais que me plaindre et alors ? Allooo… Je croyais que t’avais raccroché, ou alors que t’avais été fauché par une mémé en trottinette…Ouais c’est bon je mange et j’arrive.

Ah non elle n’allait pas se privée de manger, elle faisait léger pour une fois, et elle sortait pour rejoindre les studios en marchant. Elle prenait son temps, bon elle ne marchait pas à pas de fourmi tout de même, mais monroe lui avait dit qu’elle avait pas mal de temps avant de commencer. Elle finissait par y arriver tout de même, elle aimait bien être là pour entendre précisément ce qu’ils désiraient tous.
Elle était donc là en train de parler avec monroe, et se tournait ensuite vers la coiffeuse et la styliste, bon styliste, c’était un bien grand mot pour cette campagne de pub. Encore une fois ils allaient fiinir en version sensuelle. Non mais un jour c’était possible de rester habiller chaudement pour vendre du parfum non ?
Bon elle était toujours en train de parler quand soudain, c’est comme si son univers venait de basculer en un claquement de doigt, enfin en une phrase plus précisément. Ces mots là, elle les connaissait par cœur, elle n’avait eu de cesse de les entendre pendant son adolescence, et elle ne pouvait les effacer de sa mémoire, même si elle n’en connaissait pas la signification. Depuis le temps elle aurait pu regarder sur le net, mais elle s’en foutait de savoir tant que c’était lui qui les lui disait. Elle fermait les yeux, en une seconde, une minute peu importait le temps qui passait, elle revoyait le passé. Elle le connaissait, elle savait que dès qu’elle se retournerait , il serait là avec son grand sourire. Il lui avait tellement manqué, elle avait voulu revenir vers lui, tout quitter pour retrouver son pote, son frère, son double, son essentiel. Il était tout ça pour elle, et même plus encore. Elle pouvait revivre sa vie, avec toutes les épreuves qu’elle avait eu tout pareil du moment que lui était là.
Comment avait elle pu partir, ne pas rester avec lui, elle ne savait pas comment définir sa relation avec lui, amis ça semblait un mot si faible pour ce qu’ils avaient tous les deux.
Elle ouvrait les yeux et se tournait enfin pour le voir lui, son jaden juste là devant elle. Elle avait un énorme sourire et en même temps les yeux brillants. Elle était tellement contente de le revoir. Il n’avait pas changé il était lui , et elle crevait d’envie de lui faire un gros câlin.


Ouais complètement égaré tu l’as dit.

Bon elle ne parlait pas uniquement de géographie la demoiselle, elle pensait à lui son double. Elle se jetait à son cou, et se blottissait contre lui, elle lui sortirait une connerie plus tard, parce que là pour le moment elle avait besoin du plus gros des câlin du monde. Elle lui faisait un gros bisous sur la joue et posait sa tête au creux dde son cou, plus près y’avait pas moyen. Elle n’avait pas envie de le lâcher, respirer c’était pas une obligation pour lui rassurez moi.

Tu restes hein jay, tu pars pas ?

On aurait dit une petite fille, mais elle ne l’avait pas vu depuis si longtemps, c’était le seul à connaître ses failles, ses blessures, le moindre de ses secrets, le seul devant qui elle pouvait être faible et le seul à être sa force. C’était vraiment son tout ce mec là, et un des rares qui n’avait pas fait que traverser sa vie.

[b] Bon la blondasse, pardon ma blondasse, tu veux le lâcher qu’on bosse un peu ?

Nan

Tu le violeras plus tard la blonde sérieux… Un jour y’en a un à qui tu donneras pas de cours de « yoga » ou ça arrivera jamais ?

Mais chut toi… Je fais ce que je veux d’abord…

Na tu bosses d’abord


Y’avait que Monroe qui avait le droit de lui parler comme ça. Et comme d’habitude, elle s’écartait un peu du beau gosse qu’elle tenait dans les bras pour lui tirer la langue, et regardait de nouveau jay.

T’as finis par bouger enfin de ta ville mon petit vieux ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Hey girl ; we've already met, haven't we ?    Dim 1 Aoû - 19:23



    Je m’étais rendu un peu en trainant les pieds à l’agence ; en fait l’idée d’y retrouver mon Izzie ne m’avait même pas traversé l’esprit. En fait je crois que même si la petite voix dans mon fort intérieur m’en avait averti, je n’aurais rien fait de plus que rire un bon coup et l’oublier aussitôt. Mais en revoyant sa chevelure blonde, la réaction fut immédiate. Elle avait beau être de dos, je la reconnaissais parfaitement bien. Pendant les quelques secondes qu’il se passa entre le moment où je m’étais adressé à elle et le moment où elle s’était retournée, j’aurais pu douter de son identité ; mais je ne l’avais pas fait. Au contraire, je revoyais son visage quatre ans plus tôt, je redessinais son éternel sourire et ses grands yeux pétillants. Ca faisait longtemps –trop longtemps même, que je n’avais pas eu l’occasion de la revoir, aujourd’hui par le plus grand des hasards je me retrouvais là, face à elle, et incroyable mais vrai, je me sentais ridicule. En quatre ans il semblait s’en être passé des choses, et bien que je m’étais promis de toujours être là pour elle, il semblait que quatre ans de sa vie m’aient fait défaut. Elle était toujours aussi belle, ses yeux et sont sourire étaient restés identiques –ça ne faisait aucun doute c’était bien elle, ma meilleure amie, ma petite sœur ; ma moitié –comme l’avait appelé justement mon responsable, le pauvre ne se doutait absolument pas qu’il pouvait difficilement être plus dans le vrai.
    Sa réponse me vint droit au cœur. Si physiquement elle n’avait pas vraiment changée, dans sa voix on sentait beaucoup plus d’assurance. Je l’accueillais toujours avec le même sourire dans mes bras et la serrais contre moi. Croyez-moi ou pas, le parfum de ses cheveux était lui aussi identique. C’était toujours ce parfum frai et naturel, qui dès qu’il parvenait à vos narines faisait couler en vous des flots de frissons. De ses hanches, l’une de mes mains passa dans ses cheveux. C’était vraiment bon de la retrouver, de regoûter à ses bisous, de pouvoir sentir de nouveau son souffle chaud dans mon cou. Les mots qu’elle m’avait murmuré me firent sourire ; la réponse elle la connaissait déjà. J’avais mon boulot ici, mon appart, et le plus important, j’avais la blondasse de ma vie. Alors je n’avais aucune raison de partir ! Et puis je n’en avais aucune envie d’ailleurs ! Je rapprochais mon visage encore du siens et fermais les yeux.

      « Donne moi une seule bonne raison de partir »

    J’avais vu le bonhomme arriver ; un drôle de look mais, assez classe. Visiblement ce devait-être son manager ; et ils avaient plutôt l’air de bien s’entendre. Mais… des cours de Yoga ?! Non mais c’est quoi ce sous-entendu ?! Alors comme ça Liz’ était une croqueuse d’hommes ? … Ca ne m’étonne pas ! Je tournais les yeux vers mon manager à moi. Entre lui et moi ce n’était pas vraiment la même relation qu’entre Izzie et son manager. Nous disons que c’était plutôt à sens unique ; je me fichais un peu de sa gueule de temps en temps, il me le rendait bien et me balançait gaiement deux trois vannes dans la figure. Là en ce moment, il secouait la tête de droite à gauche. Après tout j’étais censé ne pas la connaitre ; le pauvre devait vraiment se poser des questions. Moi de mon coté, ça m’amusait et je le laissais croire ce qu’il voulait croire. Je n’aurais qu’à lui dire dans quelques jours ; ou quand il se mettrait à me reprocher de flirter avec les modèles… Comme ça j’aurais de quoi lui clouer le bec !
    Izzie s’écartait un peu de moi et entreprenait de me chambrer. C’est vrai, on ne peut pas dire que j’ai beaucoup voyagé pendant que j’étais à Seattle ; du moins jusqu’au mois dernier. Après j’étais reparti en Irlande, j’avais pris conscience que plus rien ne me retenait là-bas, et puis j’avais décidé de me lancer plus intensément dans ma carrière de mannequin. Du coup, voilà comment je m’étais retrouvé à Los Angeles. Alors oui pépère c’était décidé à bouger de sa city…

      « J’étais bien obligé, ma petite vieille m’avait abandonné ; fallait bien que j’aille noyer mon chagrin ailleurs. »

    J’haussais les épaules et finis par rigoler. Au loin j’entendais mon manager râler et s’égosiller la voix pour qu’on passe à la vitesse supérieur ; c’était tout lui ça ! Je prenais alors la main de ma partenaire de shooting.

      « Allez ma belle ; en route. On va faire le meilleur shoot de ta vie »

    Vraiment, j’étais heureux de pouvoir passer ce moment là avec elle. Cette session devait-être un lancement dans ma carrière. En réalité pour l’instant c’était plus un lancement dans ma vie à Los Angeles. Bien sûr, c’était juste le début, mais franchement, quoi qu’il se passe, j’étais déjà gagnant ; j’avais retrouvé Izzie. Les shootings en couple nécessitaient une réelle complicité qu’on n’obtenait pas toujours avec n’importe qui. Avec elle, j’étais certain d’arriver à quelque chose de fort. Nous nous connaissions depuis longtemps, et il y avait cette complicité entre nous que nul ne trouverait ailleurs. C’est certain, avec elle à mes cotés, j’étais certain de réussir mon coup.

Revenir en haut Aller en bas
Izzie Stevens

Modo
• The player : Kareen
• I'm here since : 17/12/2008
• My number of posts : 2991
• Avatar : Katherine Heigl

• My age : 24
• My job : actrice mannequin
• My dwelling : chinatown 307b

___ MORE
• Statut: Collectionneur(euse)
• Relationship:
• Children: Un gremlins ? Not yet !
MessageSujet: Re: Hey girl ; we've already met, haven't we ?    Mer 4 Aoû - 2:28

Elle n’arrivait pas à se rendre compte qu’il était bien là devant elle. Pendant des années elle n’avait fait que penser à lui, sans jamais oser retourner vers lui. Elle ne savait pas bien pourquoi, il lui en voudrait peut être, elle aurait pu retourner sur seattle, et le retrouver lui au même endroit. Pourquoi elle l’avait laissé si loin d’elle, alors qu’elle aurait eu tellement besoin de lui. En fait elle avait mis au loin tout son passé, pour se ruer dans son présent, et puis faut dire, qu’elle avait enchainée les castings, les shooting, et puis elle s’était lancée dans la comédie, elle avait pris le parti de devenir une comédienne. Elle se sentait capable de franchir des murailles et de devenir plus qu’une image. Et à ce moment là, elle aurait bien voulu se prendre une soirée avec lui, pour lui annoncer tout ce qui allait se passer pour elle, mais là encore elle ne lui avait même pas passé un coup de fil. Pourtant elle ne l’avait pas oublié, elle pensait souvent à lui, il lui manquait terriblement. Elle avait toujours su qu’il prenait énormément de place dans sa vie, il lui était vital ce garçon, mais jamais elle ne s’était dit qu’il pourrait lui manquer autant. Et il lui avait manqué son petit jay, tellement que si il repartait maintenant, elle était capable de l’attraper et de l’attacher à un radiateur, et ça pour un sacré moment. Elle venait de reformer son plus cher duo, elle n’était pas prête de reparler de séparation. EN plus c’est qu’elle y était très bien, dans ses bras. Elle se sentait protégée, comme elle ne l’était pas depuis un bail, et protégée par un mec, elle ne pensait pas ça possible.

Une autre de tes blondes…

Elle lui faisait un grand sourire. Bon d’accord dans cinq minutes ils allaient devoir se mettre à bosser, mais elle ne le lâcherait pas une fois le boulot terminé, elle le séquestrerait pour savoir ce qu’il avait vécu sans elle depuis quatre ans. Et tout dans les moindres détails, la soirée risquait d’être très longue.
Elle ne le quittait plus des yeux, enfin sauf pour répondre à monroe, d’ailleurs le pauvre, il ne semblait même plus se formaliser de la voir agrippée comme ça au cou d’un homme, non c’est à croire que c’était une habitude pour elle. Quoi que là, elle avait le don de se montrer tendre, et très câline, ce qui était rare. Enfin elle jonglait verbalement avec lui, comme elle l’avait toujours fait, avant de se concentrer sur l’homme qui accaparait toute son attention.


Je suis pas ta vieille d’abord…Partir ça avait du bon, y’avait plus rien pour nous à seattle, maintenant je vais te faire découvrir Los angeles…Et tu vas voir j’ai même des amis…Je te jure je suis presque sociable en plus.

Elle avait tellement de chose à lui raconter, comment d’une embrouille elle avait réussi à se faire une amie assez pimentée. Comment elle avait tournée un film dans des conditions mouvementées, et puis comment elle se retrouvait avec un colloc patron au look particulier. Mais qu’elle aimait sa vie comme elle était. Il était très important pour elle, il y a plusieurs années elle était tombée enceinte, de ce qu’elle croyait être son premier amour, elle n’avait pu que compter que sur jay, c’est lui qui la faisait sourire quand elle se sentait perdue, lui qui la prenait dans ses bras quand la pression était trop forte, et qu’elle craquait, lui qui la faisait manger quand elle n’avait envie de rien. Il était l’épaule sur laquelle elle pouvait se reposer, elle espérait être autant pour lui, elle y tenait à son petit vieux d’irlandais, personne n’avait le droit de le faire souffrir, sinon elle allait leur montrer qu’elle savait se battre la petite princesse.
Hein ah oui fallait peut être bosser un peu, oui éventuellement…Elle lui faisait un énorme câlin et elle s’éloignait avec un grand sourire. Ils allaient cartonner pour cette pub, ils étaient complices, en parfait harmonie l’un avec l’autre…


Viens on va leur montrer ce que c’est que des pros… Alors monroe, mon chéri d’amour de photographe préféré, je suis obligé de dire ça, parce qu’il entend tout et que je suis obligé parce que sinon il me frappe… En fait il m’a parlé de la séance…

.Hey, quoi hein ah non pitié me menace pas avec ses photos monroe, non mais arrête il a encore un peu d’estime pour moi lui…


Non mais il allait finir de l’interrompre lui, en plus il la menaçait avec cette vieille séance photo, qui en avait rendu aveugle plus d’un. Et lui, il s’éclatait toujours avec ses photos ultra-colorées…Elle tirait la langue à monroe, qui faisait mine de sortir un objet de sa poche et là forcément elle se ravisait de suite. Si jaden, n’avait pas vu cette pub pas la peine de se taper la honte devant lui.
Elle partait à l’écart avec lui, le temps pour eux, d’enfiler les hauts qui ne feraient pas long feu.


Je vois pas pourquoi on met ça pour l’enlever…enfin bref. Alors c’est en plusieurs étapes, style le couple qui rentre chez lui, et qui encore habillé est très sensuel comme d’hab, et puis sur la deuxième t’es torse nu moi en soutif, toujours torride, visiblement le parfum rend dingue, et on finit bah comme d’hab…

Elle riait avec lui, de toute façon elle n’était pas forcément des plus pudique, encore moins dans le boulot, et surtout pas avec lui. Elle se sentait même bien en confiance avec lui. Donc la pub devrait ressemblait à ça et puis à ça, quelque chose de très sensuel, et très vendeur. Elle se souvenait quand elle était petite, elle découpait ses publicités dans les magasines pour les conserver. Pendant une petite seconde elle se demandait si un jour sa fille ferait pareil, et si par hasard elle garderait une pub avec elle. Mais vite elle chassait ça de sa tête, elle y pensait souvent, et puis elle le rejetait au loin comme toujours.
Elle prenait jaden par le bras pour l’emmener sous les projecteurs. Il y avait comme un petit salon, un arrière plan, on se croyait dans une bibliothèque, elle aimait le style classe, qui donnait des envies de luxure…
Et là forcément les assistantes de monroe, les trois blondes écervelées se ruaient pour voir le petit nouveau. Mine de rien, izzie était un peu énervée, elle était jalouse que d’autres se ramène pour le mater, elle venait de le retrouver elle n’avait pas envie de le partager.


Vous voulez quelques chose ? Non ? Ah on commence peut être ? C’est pas que je suis pressé, mais lui, il lui faudra peut être un peu plus de temps, il débute, non ?

Elle se tournait vers jay, en lui faisant un petit clin d’œil pour le taquiner elle n’était jamais la dernière. Ça faisait du bien de rire aussi…


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Hey girl ; we've already met, haven't we ?    Aujourd'hui à 3:26

Revenir en haut Aller en bas
 

Hey girl ; we've already met, haven't we ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA in Live :: Topics Abandonnés-