Partagez | 
 

 Grabuge >prio to Adrian puis libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

Invité
MessageSujet: Grabuge >prio to Adrian puis libre   Dim 28 Fév - 2:08

Une nouvelle mission, enfin. Bref même si je boitais encore le simple fait de crier mon nom dans la presse provoque la chamaille dans les réseaux de trafics de stupéfiants. Ce jour la dans le journal un article qui prévoyait de renforcer la lutte contre les drogues, et comme si alerter tout le monde ne suffisait pas il avait fallu qu'il ajoutent mon nom en plus dedans. Non mais! Comment est-ce que je peux bosser sérieusement si on les fait tous fuir hein? j'aimerais qu'on me l'explique!

J'ai protesté auprès du capitaine en vain, il ne voulait rien entendre et s'en balançait même que j'ammène Sacha en mission. Je suis sorti de son bureau en claquant la porte violemment faisant trembler les vitres. Je fis une grimace acide et m'éloignait le tigre de Sibérie sur mes talons. Je pouvais sentir tout les regards rivés sur mon dos, tous mes collègues me fixaient avec un air ahurie.

-Quoi encore?! Criais je de rage stoppant net et toisant tout le monde d'un air noir.

Un officier pris la parole d'une voix intimidé en commençant à me dire qu'il fallait que je m'adapte au corps de police et que je n'étais plus à l'armée même si dans les rues on livrait une guerre. Un discours maintes fois entendu depuis le temps mais qui a toujours tendance à me mettre en rogne. Cependant il fut coupé dans sa lancée.

-Curtiss, c'est pas pour être désagréable mais...

Yuri, chouette gars mais un peu trop naïf, il allait me dire que ce n'était pas la Bosnie.

-Ne recommence pas petit. T'es sympa mais je ne veux pas parler de ça! Lui rétorquais avec froideur.

Il soupira et retourna s'assoir à son bureau. Il faisait partie des stup's aussi mais nous nous étions connus en 1995, les serbes avaient aucun contrôle sur les airs mais dans les montagnes nos deux unités, une russe et l'autre US se sont retrouvés à devoir travailler ensemble malgré que la fin de la guerre froide avait froissé nos relations, nous avions su coopérer. Aujourd'hui il travaille ici, dans mon pays le sien l'ayant lâché, et la vie, bien qu'elle lui convenait lui posait toujours des problèmes causés par son accent ou son prénom. Je pris ma veste en cuir noir sur ma chaise de bureau que je balançais sur mon épaule. Dans tout le bazar que contenait mon tiroir je sortais mon flingue et le mis dans le holster puis quittais ce bâtiment immonde mais encore en bon état pour retrouver ma jungle civile. Los Angeles... un paradis sur terre pour beaucoup mais pas pour moi.
-On se voit à l'intervention ce soir, les saluais je en partant.
Comme réponse j'obtins un "fais gaffe à toi et tiens toi pénard" ; mes collègues me connaissent, que trop bien qu'ils ignorent tout les détails que je me garde de ne pas leur révéler. Et puis je m'en moque, qu'ils pensent ce qu'ils veulent je ne suis pas le type d'homme à parler de mon passé auquel je ne cesse pourtant de penser et me provoque d'atroces cauchemars. Stress, cris, hurlements et autant de souvenirs désagréables qui me guettent, me torturent. Quand on revient de l'enfer on ne trouve plus jamais la paix. Je quitte le parking du commissariat central mon gros minou dans le coffre je vais à mon bar snack habituel quand je ne mange pas ailleurs et y déguste pour la première fois de la journée un repas. Je mange plus lentement que la normale, ayant observé et analysé les évènements aux alentours tandis que j'avale mon assiette de frites et mon double hamburger prenant une bière pour toute boisson.

Deux heures ont passés, je suis assis là dans mon siège conducteur en guettant toute activé qui puisse être suspecte mais mis à part les bagnoles du parton de la boîte et des videurs, barmans ou autres rien de spécial. Je sors ma plaque pour tuer l'ennui et l'astiquer encore une fois. LAPD... SGT G.C.Hunter. On me blâme, pour les multiples meurtres que je commets contre la pègre. Au fond je suis le même que ces chiens pourris sauf que mes idéaux diffèrent des leurs, le respect qu'on porte à la loi aussi. La radio grisouille crachant des mots par son petit haut parleur.

-Meute à grand méchant loup, meute à grand méchant loup. Vous êtes en place?
-Ici grand méchant loup, affirmatif et il n'y a plus qu'à attendre les moutons, répondis je
-RAS, on vous rejoint dans une petite heure.
-Soyez pas en retard, ironisais je
-On y veille, évitons les bains de sang.

Je ne répondis rien et coupais la communication je ne voyais pas ce qu'on pouvait ajouter d'autre. La dernière fois on s'était retrouvé avec deux flics à la morgue et une demi douzaine de truands sans compter ceux envoyés à l'hôpital. Regrettable mais vrai un mauvais timing avait tout fait foirer, dommage. J'espère seulement que cette fois tout se passera bien, en plus ce soir le club va être rempli de monde donc pas la peine de m'attirer les foudres du patron car j'avais ouvert le feu dans un lieu public. En attendant il reste une bonne heure avant que ce ne soit vingt et une heures, heure ou la boîte est censé ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Grabuge >prio to Adrian puis libre   Jeu 4 Mar - 10:46

[hj: désolé chou je suis totalement HS cette semaine...]

Début de journée plutôt tranquille a vrai dire, le club était plutôt cool en ce moment pas trop de problèmes, pas trop de drogue, ni de drogué à part ma petite Joy mais après tout ce n'était pas énorme, mais aujourd'hui c'était Vendredi et donc ce serait une journée largement moins tranquille que les autres jours de cette semaine qui venait de s'écouler...

La journée se passait alors sans soucis, à partir de midi le club était ouvert, mais notre vrai journée commençait à 21 heures... Et jusqu'à cette heure fatidique où le club commençait à se mettre en émulsion, je passais mes journées entre le Club, mon Loft, et autres endroits du coin pour passer le temps, mais toujours près du Club au cas où il y aurait un problème, on ne sait jamais, qui sait peut être que si le patron n'est pas là, les souris dansent, non?

J'étais passé voir Max dans la journée, et nous avions rigoler ensemble, alors que j'essayais de ne pas trop l'inquiéter quand il me demandait si j'avais des soucis, après tout je voulais d'abord être sur de ce que j'avais en tête, et je ne voulais pas repenser à ce qu'il c'était passé il y a un an... Il ne se souvenait peut être pas que c'était il y a un an, en même temps il avait tellement de choses à penser avec Lou, mais bref... Revenant alors au club, je gare ma voiture tranquillement, et remarque une voiture avec un mec plutôt bizarre dedans, celui là ne ferait sans doute pas un tour au club...

Juste le temps de boire un cocktail , que le club ouvrait réellement ses portes pour faire place à une soirée des plus mouvementées, soirée mousse à partir de minuit, il fallait faire tenir les gens et pas que cela dégénère de trop, regardant les gens arrivés, je me mettais alors à la porte pour essayer de voir si les jeunes étaient énormément présent ou pas...

Un groupe de jeunes mafioso arrivèrent, je souriais et en pris un dans mes bras, non je ne fesais pas partie de la mafia, et ce n'était pas de famille et autre, mais c'était juste un ex, un bon ami avec qui j'avais pu passer du temps, il m'appelait frère pour pas spécialement parler devant ses sous fifres après tout pas besoin que tout le monde sache notre sexualité, et puis sinon il se serait sans doute fait descendre par sa famille si un avait parler... Bien qu'ici il était plus tranquille qu'en Italie, au près de son père patron de la Mafia de Milan, mais lui avait préférer migré aux U.S.A après tout j'avais bien quitter la France pour les U.S.A moi aussi alors je ne dirais rien la dessus...

Le laissant alors rentrer,je savais qu'il ne ferait pas de grabuge trop de respect pour moi m'avait il dit, en souriant je le regardais et dit

"J'espère que tu as laissé tes grammes ailleurs, tu sais que je veux pas de cela ici^^"

"Hum... Je pense que tes employées m'ont tout pris;.. Non je déconne, tu sais très bien que je vais attention, mais je peux pas trop te promettre... Juste que si j'en ai c'est à l'extérieur de ton club qu'on pourra voir cette dope"
"Oui, evite le trafic dans le club, je remonte tranquille alors ..."
"T'inquiète respect frère!Wink"

A ses mots je le laissais alors rentrer, et profitait pour fumer une petite cigarette, bien tranquille en regardant mes videurs faire leur travail!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: a   Mer 10 Mar - 22:04

Je m'attendais à voir des mafieux débarquer en grandes pompes. Ca ne m'aurait pas surpris si cela aurait été des russes ou la triade mais les italiens, c'est vraiment osé de leur part surtout la façon dont on plombe leur trafics d'armes ces temps ci. On interceptait systématiquement tout les camions qui sortaient du port appartenant à la société de transport Marlini et à chaque fois on y découvrait des armes en qsuantités de plus en plus petites. L'informateur était un opérateur de charge containeur équipé de lunettes infrarouge. Malheureusement vu les saisies d'armes qui diminuaient, la mafia devait se douter de quelque chose. J'observais la grosse limousine noire blindée.

-Ici grand méchant loup, donnez moi le propriétaire du véhicule immatriculée Alpha Charlie Tango 597 Bravo.

D'une voix calme et sereine il attendait la réponse de sa requête.

-Cadillac limousine de 2003, de couleur noir avec revêtement spécial ; propriétaire Joseph Antonio Marlini.

-On dirait que le fils est de sortie ce soir, amenez vous et garez vous à deux cent mètres dans une ruelle, j'appellerais en cas de besoin.

-Reçu cinq sur cinq.

La communication s'achevait et l'homme assis dans le blazer observait les alentours, il voyait le patron de la boîte fumer une cigarette tandis que les videurs refoulaient les toxicos et saoulards à la sortie. Il préférait attendre que le patron regagne l'intérieur en regardant le parking se remplir.

-Sacha ça va être drôle ce soir.

plaisantait il en rigolant. Quelques minutes plus tard il se décida à sortir de son véhicule.

(petit changement de style intempestif ^^" désolé)

Je marchais le long des voitures garées en notant les nombreuses voitures de luxe, à côté la mienne passait pour une vulgaire benne à ordures mais j'en avais rien à foutre. Je me présentais devant les videurs qui me refusaient l'entrée.

-Si vous venez foutre la merde vous êtes à la mauvaise adresse!

Prévint le premier d'un air menaçant comme s'il croyait m'impressionner et me faire partir.

-Vous me laissez passez ou je vous arrête pour obstruction à la loi!

-Rêvez toujours.

-Sacha au pied.

La conversation devenait tendue et je sortis ma plaque de dessous mon t-shirt. Il n'y eut aucun effet, quand mon fauve apparut il approcha sa main de son dos. Qu'il ne songe pas à ça ou je le tue sur le champs!

-Touche à un seul de ses poils et je t'expédie en enfer!

-Toi et ton fauve vous dégagez!

-Hehum, j'ai une commission rogatoire.

-Rien à faire.

-C'est moi ou je fais débarquer tout le FBI.

-D'accord mais pas une demi heure non plus.

-Je verrais.

J'entrais finalement la seule barrière m'étant ouverte mais je pouvais sentir qu'on m'observait. Je traversais la foule mon tigre me suivant de très près écartant les gens au passage j'inspectais la salle pour voir ou avait bien pu passer le fils Marlini et ses gardes du corps. Je les repérais quelques minutes plus tard ; seul deux hommes portaient une arme à feu, un petit calibre, du smith et wesson 38 probablement.

-Sacha, on y va.

Je lui donnais l'ordre et lui pris l'une des deux seules voies d'accès au salon privé ou les italiens se trouvaient, moi l'autre.

-Suspect en vue, n'intervenez qu'à mon ordre.

Dis je au reste des hommes attendant à deux cent mètres de la boîte par un émetteur radio. Les employés de la boîte commençaient à s'agiter, ma présence en habits noirs et la présence du tiogre devaient sans doute inquiéter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Grabuge >prio to Adrian puis libre   Mer 24 Mar - 19:53

Alors après avoir pu salué tranquillement mon ex et avoir rigolé peu de temps avec lui, je repartais tout simplement vers mon coin, là ou pour l'instant personne n'étais le coin des vip, bien que Jo serait sans aucun doute là bientôt, mais bon, le monde ne faisait qu'arriver tout doucement, alors pas besoin de se prendre la tête, j'étais sur qu'en me posant ici, personne ne m'embêterai...

"Patron, Patron, ça sent mauvais à l'accueil, code 6"

Hum j'aimais pas trop quand je recevais cela, par texto bien sûr sur mon portable, regardant le prénom, je pouvais savoir que pour qu'elle m'envoie un texto comme cela, avec ce numéro de code, c'est qu'il y aurait sans doute une descente de flics, ou qu'un flic était présent à la porte, sans doute pour embêter mes clients, qui rentreraient...

Descendant alors doucement, je pouvais observer, un homme rentrer avec un tigre, descendant tranquillement les marches, je le regardais, l'observais juste pour essayer de savoir ce qu'il voulait, et surtout qui il était...

"Je peux savoir ce que vous faites dans mon établissement, les animaux ne sont pas permis ici... Qui que vous soyez d'abord"

Oui, cela pouvait être n'importe qui il n'avait pas tout les droits sur cet établissement, et le maire et autre en serait sans doute averti assez rapidement, le regardant alors dire quelque chose à son animal, je pu voir qu'il allait vers mon ex, qui était de la mafia... Il avait pas le droit d'être là? Bien sûr que si après tout je lui avais laissé l'accès... Allant donc vers cet homme, le regardant sans pour autant le défier du regard où autre, je lui dit

"Quelque chose à reprocher, une commission à montrer, ou un papier stipulant que vous avez le droit de faire ce que vous êtes en train de faire ici, dans mon établissement?"

Tendant la main, alors par la suite, me montrant quand même assez calme, peut être pas pour longtemps, mais là si... Je le regardais et dit

"Adrian Guevara, responsable, chef, celui qui a tout les droits sur cet endroit, et qui est responsable de toutes les personnes y travaillant..."

Je ne savais pas trop ce qu'il allait pouvoir dire à mon ami, et ex, mais si il n'avait rien a lui reprocher dans l'établissement, il ferait tout ce qu'il voulait dehors... Mais il n'était pas question qu'il fasse n'importe quoi dans cet endroit qui était le mien, en tout cas son fauve, n'avait pas intêret à mettre un boxon dans ce coin vip, reservé à ces hommes, car les frais seraient demandés à être remboursés, sans problème...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Grabuge >prio to Adrian puis libre   Dim 4 Avr - 18:11

Fichu remue ménage causé par ces employés à la con, grrr! Un employait avait mentionné code 6, énumération typique pour dire qu'un flic, en outre, ici c'est moi, vient faire un peu de ménage à sa façon. Mon ménage à moi concernait justement à épurer les rues des trafiquants et mafieux qui gagnaient leur vies si facilement avec ces satanées produits de mort qu'ils revendent, armes, drogue, marché noir...

J'étais dans le salon privé du gars, l'u de ses hommes de main avait déjà une main à l'intérieur de son veston pour dégainer son flingue, moi je n'attendais que ça mais voila que le parton se pointait. Il m'insultait? Osait il lever la voix contre moi? IL était encore loin mais je lui répondis.

-Vous allez pas venir me casser les pieds non ?!

Sérieusement, si c'était lui le chef de la boîte, ça risquait de mal finir pour lui, jamais mais au grand jamais je ne me sépare de mon tigre, tout le !monde qui me connait, même de nom le sait.

-Et puis je vous enmerde, Sasha est plus qu'un simple tigre!

J'y allais peut être un peu fort mais jamais je ne perdrais de vu mon fauve, jamais. Ms paroles, ma foi assez vulgaires mais du moi tout craché sont dures et déterminées, rien ne sert de me contredire puisque je finis toujours par avoir raison, même si j'ai tort. Mouhahahahahaha que je suis bon XD. IL me parlait, me demandant si j'avais une commission ou quelque chose du genre. Je le laissais parler, le regardant prendre du plaisir à prendre son air supérieur, tant mieux pour lui, je lui laisse son heure de gloire, le mien viendra encore. Il me tendit une main et je restais statique, sans bouger. Je le laissais poireauter pendant quelques secondes encore.

-Prévenez le maire, je m'en balance! Pour ma part, si vous lisiez un peu les articles de presse vous sauriez que... que je suis le lieutenant Gibson Curtiss Hunter. Dommage mais malheureusement pour vous j'ai une commission rogatoire.

Je voyais la terreur dans les yeux du trouillard, cette peur, ce regard de crainte que j'éveillais chez tant de mafieux, moi qui était leur ennemi public numéro un et le resterais. Je venais de semer le vent, j'attends la tempête pour leur renvoyer un ouragan. Le jeunot pointait son flingue sur moi, le proprio de la boîte semblait enrager, mister mafia prenait peur petit à petit et moi j'étais prêt à appuyer sur un micro émetteur sur le collier de Sasha afin de faire débarquer toutes les troupes s'il le fallait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Grabuge >prio to Adrian puis libre   Mer 7 Avr - 1:54

Et voilà… J’avais laissé rentrer un mafioso et toute la flicaille allait débarquer et me souler ici… Punaise c’était pas possible, mon employé m’avait prévenu cela n’aurait sans doute pas changer grand-chose, mais après tout, il fallait que je me montre, non je ne voulais pas paraître le grand et dieu , mais juste pour prouver que ce club m’appartenait et c’était normal que je vienne vers cette personne qui allait sans doute faire un peu de ménage dans mon club… tant qu’il n’y avait pas trop de dégats et qu’il n’y avait pas trop de grabuge… mais avec cette mauvaise graine ce n’était pas tellement possible… Et puis même si je ne connaissais pas tout le monde qui était la, je savais à qui il allait s’en prendre… c’était visible comme le nez au milieu de la figure

-Vous allez pas venir me casser les pieds non ?!

« Vous cassez les pieds ? Laissez moi rire… Je fais ce que je veux dans ma boite non ? Je demande juste j’ai le droit de me renseigner je connais assez la loi pour savoir que je dois être informé pour savoir ce qu’il se passe… et puis… Un tigre … »
*Pff quel con ce mec*

-Et puis je vous enmerde, Sasha est plus qu'un simple tigre!

« Ce n’est pas un simple tigre ? *MDR* c’est un tigre spécial, il sait faire du kung fu… Un tigre c’est un tigre et cela ne reste qu’un fauve… Vous pensez les dresser mais au final un jour il se retourne contre vous… Enfin bon… on est pas la pour polémiquez sur cette bestiole »

-Prévenez le maire, je m'en balance! Pour ma part, si vous lisiez un peu les articles de presse vous sauriez que... que je suis le lieutenant Gibson Curtiss Hunter. Dommage mais malheureusement pour vous j'ai une commission rogatoire.

« Je lis les articles de presse, mais vous voyez les mecs qui se la pètent dedans très peu pour moi, si je devais savoir qui vous étiez parce que j’aurais vu votre photo la dessus… Cela ne m’interesse pas… Je préfère regarder les journaux tv, pour ce qui concerne le pays, et je lis les articles de presse concernant mon pays… Ce n’est pas dommage pour moi… C’est justement ce que je préfère… Saurait été dommage pour vous si vous n’en aviez pas eu… »

Le regardant je me demandais comment un pauvre type pareil avec son tigre pouvait être encore flic , son nom me disait quelque chose, et il faut dire qu’il était mal barré ici… Un tigre… N’importe quoi…

« Vous êtes venu pour lui ? Alors pourquoi faire tout un ramdam vous pouvez l’arrêter quand vous voulez , il traine partout en ce moment , pourquoi ne pas l’avoir arrêter avant qu’il ne rentre ici ? Ou quand il est allez au fight club tout a l’heure ? Vous voulez casser des mafias dans un club, faire débarquer toute la smala pour être reconnu partout dans la ville ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Grabuge >prio to Adrian puis libre   Jeu 8 Avr - 15:38

Bon d'accord, cette fois j'ai pas fait exception à la règle ; question diplomatie et tact j'ai encore foiré, de plus il est encore mais bon, ça ne peut rien me faire puisque ... Ben puisque j'en ai rien à foutre de ce qu'il me dit, voila c'est tout. Je l'écoute blablater en silence sans vraiment lui prêter attention fixant Marlini d'un air "Si tu tiens à ton petit secret tu dégages" ce qu'il n'a pas l'air d'apprécier et il me toise avec un regard noir plein de haine. Le secret en question? Je vais vous le dire, et cela est aussi embarrassent pour le type qui me gueule dessus que lui, en fait .... ils étaient ensemble il y a quelques temps de ça. Le quelques temps étant flou, je me souviens juste des photos du bureau ou ils s'embrassent. Et oui, qui aurait cru ça de la part du fils unique du plus grand parrain sicilien de LA? Pas moi, d'ailleurs peu importe leurs relations, tout ce que je veux c'est l'arrêter et fouiller sa bagnole blindée qui rescelle surement une marchandise peu licite.

Bon maintenant à mon tour de parler, puisque lui il a fini autant mettre les points sur les I.

-Soit vous cessez de m'importuner MR. Guevara, soit je révèle votre petit secret.

Ses paroles, bien que ça puisse être du calibre 20mm, je disposais moi d'une batterie de canons de 350mm prête à faire feu, à moins qu'il sache comment me contrer, ce qui sera très très dur, il est obligé d'abdiquer de son trône de maître chanteur. J'entends un, cliquetis sur ma droite, l'un des gardes du corps, suite à un regard du mafioso surement pointe un beretta 92F sur ma tête. Sérieux, il faut oser et je lui tire mon chapeau car même moi je ne me servirais pas d'un flingue dans un endroit pareil pour deux raisons :
-de petit un Sasha se fera un plaisir de gouter à la chair de sa cuisse;
-moi étant un pro en combat rapproché, je peux le désarmer en moins de trois secondes.

-Baisse ton flingue, tu ne fais que me donner des motifs pour t'inculper.
-Jamais!
-Marlini, soit tu fais quelque chose de raisonnable, soit tu risques de le retrouver dans une caisse en bois.


Et toc, échec au roi ; Marlini junior ne sachant pas quoi répondre, je profite de la demi seconde d'inattention du flingueur pour le clouer au sol et me relever tandis que le fauve se tient au dessus de lui grognant ses crocs à quelques centimètres de sa trachée lui qui a un visage blanc comme un linge et le front trempé. Le flingue entre mes mains je retire le chargeur et vide le canon en reculant la culasse de l'arme avant de le fourrer dans ma poche. Ah oui, qu'ai je oublié? Oui, expliquer à ce débile que Sasha est un animal de compagnie.

-Primo, Sasha est mon animal de compagnie, et deuxio, je n'ai jamais demandé à voir ma tronche dans le journal section super flics à scandale. En fin bref, oubliez ce détail.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Grabuge >prio to Adrian puis libre   Aujourd'hui à 1:03

Revenir en haut Aller en bas
 

Grabuge >prio to Adrian puis libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA in Live :: Topics Abandonnés-