Partagez | 
 

 Père Castor raconte nous une histoire…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

Invité
MessageSujet: Père Castor raconte nous une histoire…   Lun 22 Fév - 2:17

~ A chaque jour suffit sa peine…. Le mec qui a dit ça était un con. Y’a pas d’autre mot, faut pas être super intelligent pour pas savoir profiter de chaque jour qui passe. En tout cas moi je l’ai compris depuis assez longtemps pour avoir pris une ou deux habitudes pour chaque jour de la semaine. Voilà plus de six mois que je bosse au coyott, c’est un bar sympa et je me suis fait quelques potes, bien sur, comme toujours j’en dis le minimum sur moi… Je mens sur mon âge pour pouvoir bossé dans ce bar, tout comme je donne une fausse adresse… fin’bon en même temps maintenant je fais plus parti des « cas ». Depuis la catastrophe on est nombreux à vivre sous une tente mais pour moi ça date d’avant ça. Bref en ce magnifique jeudi moi j’avais tout un programme avant de me déhancher sur le comptoir du bar ohhh oui j’avais un truc ou deux à faire dans ce bar… et d’ailleurs j’arrivais toujours avant les livreurs, question d’habitudes.

Je retrouvais là-bas Mayra qui faisait mine d’astiquer les verres, genre elle l’avait pas fait avant. Moi je venais là pour mater et sérieusement je m’en cachais pas. Aujourd’hui la voix d’une petite fille fut la première à attirer mon attention, rapidement suivi par celle de son pôpa. Lui aussi je le connaissais, le loup solitaire, l’ours brun… ouais ça lui allait assez bien… Après avoir salué ma collègue mon patron et la gamine je m’installais sur le bar. Vêtue d’un mini top et d’une jupe toute aussi courte je posais les pieds sur un tabouret et je posais mon coude sur mes genoux avant de poser ma tête sur ma paume. Un bruit de klaxon se fit entendre et je lançais à tout le monde. ~

- Voilà la livraison !!!

~Le moment tant attendu de la semaine, celui ou notre patron se mouillait la chemise...et ou en ben nous on attendais qu'une chose c'est que cette chemise il l'ôte pour qu'on puisse profiter d'une vue agréable. Je me tournais vers ma collègue et ajoutais à son intention même si, vu le ton de ma voix mon boss pouvait parfaitement m’entendre. ~

- Que le spectacle commence !

~ Et ouais pour une fois que ce n’étais pas moi qui donnais le show je n’allais pas me privé ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Lun 22 Fév - 2:59


.§.


Journée des livraisons. C’était la journée que je préférais. Non non faut pas me prendre pour un dingue mais quand on est un ancien boxeur pro comme moi et qu’on avait l’habitude d’avoir un entrainement régulier, rien n’étais plus dur que de devoir faire totalement autre choses de ses journées et le Coyott me prenait beaucoup de temps. Et puis j’avais ma fille que je ne désirais pas mettre tout le monde avec une nounou aussi je préférais passer du temps avec elle. Elle était à un âge où elle découvrait et je me devais d’être là. Elle n’avait déjà pas de mère alors ce n’’était pas qu’elle manque d’exemple même si beaucoup trouverait le moyen de dire que je n’étais pas forcément le meilleur des exemples. Il était clair que j’étais peut être un peu trop cool et que je n’élevais pas ma fille comme le préconisaient les livres mais je m’en moquais pas mal. Elle était belle, épanouie et elle grandissait bien alors que demander de plus ? Elle était têtue et capricieuse ? Parce que vous pensiez vraiment qu’elle aurait pu être autrement vu le père et la mère qu’elle avait ? x).

Enfin j’étais donc là en train d’attendre le livreur pour pouvoir faire mon exercice de la semaine -je mentais car j’en faisais bien d’autre mais bon- quand je vis l’heure. Je sortis alors de mon bureau avec ma fille qui me tenait le doigt avant de courir vers les deux filles qui étaient là. Mayra et Sam étaient généralement mes deux coyott les plus présentes les jours de livraison et je ne m’en plaignais pas. Elles étaient efficaces même si je ne leur demandais pas de porter les cartons comme ce n’était pas le boulot d’une femme. Mais pour ranger elles étaient tout à fait parfaites et je savais très bien que ça les amusait beaucoup de me voir mouiller ma chemise pendant le déchargement. Après tout j’avais droit à leurs shows tous les soirs donc je pouvais bien leur faire plaisir une fois de temps en temps hein. Ma fille savait qu’elle ne pouvait pas rester avec moi pour ces moments aussi elle sauta dans les bras de Mayra -Maya pour Lou car sinon c’était trop compliqué- et elle l’installa sur le comptoir avec elle alors que je passais devant. Je jetais un coup d’œil à Sam qui était déjà assise et qui m’offrait une belle vue sur ses dessous.

« Que le spectacle commence ! »
« Il a déjà commencé... »

Un petit sourire sur les lèvres j’ôtais mon pull que je lui lançais avant d’ouvrir en grand les portes du Coyott pour pouvoir aller vers le camion qui s’était garé un bon mètre plus loin. Je checkais le livreur que je connaissais bien depuis le temps alors qu’il faisait un petit clin d’œil aux filles avant de commencer le déchargement des premiers cartons que je portais jusqu’au bar comme on rangeait un bon bout des boissons au bar. Comme l’avait prévu Sam, au bout de dix minutes j’avais trop chaud aussi je m’arrêtais pour passer son avant bras sur mon front et pour remonter mon tee shirt devant et de le passer derrière ma nuque. Ainsi j’avais les épaules toujours couvertes mais j’avais quand même moins chaud. Mon tatouage sur ma hanche gauche était maintenant visible et je reprenais mes livraisons.

« Y’en a pas une des deux qui veut me préparer un coca ? »

Demandais-je en embrassant ma fille au passage. Lou se trouvait très bien entre les deux grandes qu’elle aimait beaucoup et avait trouvé un bonbon au passage donc autant dire que c’était le rêve.

.§.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Lun 22 Fév - 3:27

~ Je n’étais pas un exemple pour un enfant et ça je le savais bien mais en revanche j’avais toujours eu un bon feeling avec les grumeaux. Ils m’aimaient bien sans que je comprenne réellement pourquoi… peut être parce que je ne leurs mentait pas. La ptite lou était mignonne et elle avait un papa sympa qui s’occupait bien d’elle. Elle avait la chance d’avoir au moins un de ses parents et que celui-ci ne soit pas ivre du matin au soir et du soir au matin. Je ne souhaitais ma vie à personne, du moins je ne souhaitais pas mon enfance à un gamin aussi mal élevé soit il. Celle là en tout cas elle me plaisait bien, elle avait du caractère et pour une gamine de 4 ans elle savait déjà bien ce qu’elle voulait. Comme moi ! Je l’observais câliné Mayra et elle se rapprocha de moi lorsqu’elle fut sur le comptoir. ~

- Il a déjà commencé...

- Pour une fois que j’en porte profite…

~ Comment ça c’était le genre de commentaire qui ne se disait pas devant une gamine ? Ben quoi j’avais prévenu que je n’étais pas un exemple hein et puis je ne faisais que dire la vérité, les dessous j’en portais rarement ou alors ils étaient du style affriolants comme aujourd’hui. J’offris un clin d’œil au livreur que je connaissais plutôt bien moi aussi avant de vérifier que la petite à coté de moi était correctement installée… fallait pas qu’elle tombe quand même. Je suis jeune mais pas complètement idiote ou inconsciente. Elle avait trouvé un bonbon… enfin trouvé, Mayra devait en avoir pleins les poches d’ailleurs je lui en demandais un aussi avant d’observer le spectacle. ~

- ‘tention Lou tu manges tes cheveux.

~ Je passais la mèche précédemment dans sa bouche derrière son oreille avant d’ajouter avec un sourire espiègle. ~

- Tu vois c’est comme ça qu’on profite de la vie… tout simplement.

~ Nul besoin d’être millionnaire ou de posséder 15000 maisons, non il suffisait d’être entourée et de mater un beau mec pour éclairer une journée. Comme je l’avais prévu Max ôta rapidement son tee shirt, pas entièrement mais juste assez pour qu’on profite de ses tatouages… ils étaient sympa et ne faisaient qu’ajouter à son charme. ~

- Y’en a pas une des deux qui veut me préparer un coca ?
- Qu’est ce qu’on y gagne ?

~ Ben ouais fallait une récompense quand même je bossais jamais pour des prunes. X) Je le vis embrassé ma petite voisine et avec un regard qui en ferait fondre plus d’un je demandais. ~

- Ben et moi ? j’ai pas le droit à un bisou ?

~ ouais j’étais pas sa fille et alors ? Y’avait plusieurs sortes de baisers… ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Lun 22 Fév - 3:49


.§.


Qu'est ce qu'on s'en tapait d'être des exemples après tout ! Le plus important était de profiter de la vie et de donner les bases à nos marmots si on en avait. Moi je n'en avais jamais voulu ! Il avait juste fallu que j'ai un frère -que je considérais comme mon jumeau- qui apprenne qu'il était stérile et qui désire un enfant pour que je me retrouve à accepter d'engendrer un enfant à sa place. Voila. C'était ma B.A de l'année normalement et j'avais eut vite fait de me casser pour faire ma vie ailleurs quand ma belle sœur était tombée enceinte. Je n'avais clairement pas prévu qu'ils aient un accident de voiture quelques mois après la naissance de Lou et qu'on me rappelle pour me dire que je devais prendre soin de ma nièce. La bonne blague ! Je me souvenais encore de leur tronche quand je leur avais annoncé que cette adorable bouille avec des grands yeux bleus -identiques aux miens- était en réalité ma fille donc, oui, je n'allais pas la laisser toute seule ou aller dans une autre famille. Je n'avais jamais voulu avoir d'enfants mais j'étais humain tout de même et j'étais très heureux de la voir aussi bien aujourd'hui. Alors non je n'étais pas un exemple, Sam non plus et Mayra encore moins et je pensais que ceux qui se prenaient pour des exemples étaient des putains de présomptueux car la perfection on en avait rien à foutre !

Ma fille installée avec mes deux Coyott, je défis mon pull pour être plus à l'aise pour pouvoir commencer à décharger. Comme toujours Sam était dans une tenue qui ne pouvait être portée que par mes filles et je ne m'en étais jamais plains. Vous croyez franchement que j'avais repris la gérance du Coyott juste pour l'amour des chiffres alors que j'avais tous les soirs 4 ou 5 magnifiques femmes qui dansaient sur le comptoir de MON bar dans des tenues plus que sexy ? oO Y'avait plus dur comme boulot quand même hein... Et avec tous les jeux de mots que vous voulez...

« Pour une fois que j’en porte profite… »
« Je les connaissais pas d'ailleurs. »

Généralement ils étaient plus "basiques"... Quand elle en portait bien entendu car, avec Sam, on ne savait à quoi s'attendre mais c'était aussi pour ça qu'elle faisait partie des jeunes femmes que j'appréciais dans mon équipe. Je n'étais pas dupe sur le fait qu'elle me mentait sur pas mal de choses dans sa vie privée mais elle faisait bien ce qu'elle voulait de son cul après tout et tant qu'elle bossait je ne me voyais pas dire quelque chose. Je n'aimais pas qu'on me pose des questions sur ma vie alors ce n'était pas pour en poser aux autres hein. Enfin...

Je partais pour commencer à décharger avant de mettre mon tee shirt autrement 1o minutes plus tard comme j'avais trop chaud. De temps en temps je jetais un coup d'œil à ma puce mais je ne me faisais pas trop trop de soucis sur le fait que les filles sachent s'en occuper. Surtout qu'elle venait de trouver un bonbon et qu'elle était collée à Sam qu'elle adorait. Elle jouait d'ailleurs avec une de ses mains en chantonnant un air que je lui chantonnais souvent et en regardant que sa main était toute petite dans celle de Sam mais un jour elle serait aussi grande qu'elle !!! wo Je revins au même moment pour demander un coca.

« Qu’est ce qu’on y gagne ? »
« Une douche avec moi dans 5 minutes. »

J'avais répondu du tac o tac avant d'embrasser avec douceur ma puce qui se mit à rire avant de râler car je la chatouillais.

« Papaaaa ! »

Je n'étais pas le mec le plus souriant au monde.... Sauf quand j'étais avec ma fille aussi je me mis à sourire à la voyant se tortiller avant de regarder le regard de Sam.

« Ben et moi ? j’ai pas le droit à un bisou ? »
« Jalouse va ! »

Je mis mon pied sur le barreau du tabouret sur lequel elle était appuyée pour me surélever légèrement et venir l'embrasser sans aucune douceur et en laissant ma main gauche se perdre 3 secondes.

« Dentelle en plus. Tu as braqué une boutique de lingerie ? »

.§.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Lun 22 Fév - 16:22

~ Vouloir des enfants… oui il fallait en vouloir pour en supporter un toute une journée. J’aime bien les gosses quand ils ne sont pas trop longtemps avec moi. Lou est cool c’est différent, elle a rien d’une gamine piailleuse à moins que ce ne soit son père sexy qui me fasse penser cela ? Fin à la base on s’en tape moi des mômes j’en veux pas, enfin je me suis jamais vraiment posé la question vu que le seul mec stable que je connaisse soit mon meilleur pote et avec lui on ne forme pas un couple. Un gosse c’est trop de responsabilités et à temps plein je ne serai carrément pas m’en occuper. Surveiller Lou une heure ou deux ok ça je pouvais gérer, il suffisait qu’on s’amuse toutes les deux ou qu’on cuisine mais après… devoir lui inculquer les bonnes manières… et puis quoi… ce que je fais de mieux c’est voler et danser alors franchement une mère saine d’esprit c’est pas ce qu’elle enseignerait à sa fille… mon père me l’avait enseigné enfin pour le coté vol parce que je doutais sérieusement qu’il puisse faire de pas de danse correctement sans tituber et s’effondrer au sol mais mon père n’était pas sain d’esprit. Mais bon fallait pas se plaindre, je passais quand même pour une fille équilibrée… à peu près x)

Moi j’aimais bien mon taff, j’adorais danser et je n’avais absolument aucun soucis avec mon corps. Je ne faisais ni régime ni boulimie, je vivais simplement et le sport entretenait le tout, c’était simple mais ça marchait bien en ce qui me concernait. En revanche il était de notoriété publique que j’avais deux mains gauches lorsqu’il s’agissait de jongler avec les bouteilles ou de tenir un plateau trop plein, aussi j’étais souvent cantonné à l’animation. Mais en période de bourre j’étais parfaitement capable de gérer le service au verre derrière le bar. Je m’en sortais de mieux en mieux mais si je parvenais maintenant à ne pas systématiquement briser toutes les bouteilles personne ne me confiait les plateaux x) ça prouvait qu’ils avaient tous un cerveau en état de marche. ~

- Je les connaissais pas d'ailleurs.
- Et encore tu n’en vois qu’une infime partie.

~ Parlant de sous vêtements d’ailleurs Lou s’empressait de me montrer un petit bout de sa petite culotte. Bleu avec des petites étoiles. Je lui souriais avant de dire. ~

- Magnifique, faudra que papa me montre la boutique.

~ Oui j’essaierai bien des dessous avec Maximilien… je suis certaine qu’il serait de très bon conseils héhéhé! En effet moi je posais pas de question sur sa vie privé, ça le regardait même si parfois j’étais quand même sacrément curieuse… mais ça fonctionnait comme ça et je pensais que si je voulais conserver ce taff valait mieux pas trop l’ennuyer quand même, un peu… bon d’accord beaucoup mais je me retenais déjà pas mal je pouvais quand même pas aller contre ma nature profonde non plus! Ça serait comme si on m’interdisait tout simplement de voler… Oo IM-PEN-SABLE.

La fillette prit ma main et commença à chantonner. Ne connaissant pas la chanson je la laissais faire tout en observant toujours son père avec une grande attention. Il avait répondu rapidement à ma question, une réponse qui me convenait tout à fait comme ne le prouvait pas ma réponse d’ailleurs. ~

- Une douche avec moi dans 5 minutes.
- Tu y gagnerais deux fois plus que moi… un coca et ma charmante présence sous ta douche… as-tu quelque chose d’encore plus alléchant à me proposer ?

~ Qui ne tente rien n’a rien et j’étais une grande gourmande ce n’était pas nouveau ! ~

- Jalouse va !

~ Je répondais par un clin d’œil avant de recevoir ce rapide baiser et surtout de sentir une main, chaude à un endroit ou elle n’avait pas été invité… du moins pas verbalement et pourtant je ne fis aucun mouvement. ~

- Dentelle en plus. Tu as braqué une boutique de lingerie ?
- Tu me connais bien dis moi… ça te plait ?

~ La lingerie… il n’y avait pas plus facile que d’en voler. Ainsi je ne portais QUE de la lingerie de luxe lorsque j’en portais… ma peau ne supportait que la soie… mais si c’est vrai !! Je chopais une bouteille en verre de coca et une paille et je me posais par terre. J’attendais qu’il ait de très lourd cartons dans les bras pour m’approcher de lui et lui tendre la paille pour qu’il puisse boire. Je me mettais en position pour que Lou ne voit pas ou se perdait ma seconde main alors que la première tenait le coca. ~

- Quel homme…. Tout en muscle.

~ A tous les niveaux je pouvais en attester là maintenant tout de suite. ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Mar 23 Fév - 0:18


.§.


Les enfants... Tout un programme. Je devais avouer que je me posais largement moins de questions de pas mal de parents de ma génération. Peut être parce que je n'avais pas prévu d'avoir Lou à éduquer et que je m'étais retrouvé un jour avec un petit bout aux grands yeux bleus en train de me regarder et de serrer mon doigt dans sa toute petite main. Bah ouais... Lou était la seule "femme" a avoir été capable de m'émouvoir et de me faire craquer. Enfin non il y avait eut sa mère aussi mais c'était une toute autre histoire et je préférais laisser ses souvenirs de côté. J'en parlais déjà largement assez quand Lou me demandait certaines choses. Elle en arrivait à un âge où elle comprenait qu'une petite fille comme elle devait avoir un père et une mère or il manquait sa mère... Donc je lui avais expliqué comme je le pouvais et, pour l'instant, c'était encore confus dans son esprit même si j'essayais de lui parler souvent de sa mère. J'avais d'ailleurs récupéré un médaillon qu'Ella portait toujours autour du cou pour lui donner plus tard et qu'elle ait une image de sa mère et de son père avec elle. Normal... En tout cas moi je trouvais cela normal.

Pour l'instant cependant ma fille était en train de profiter de la présence de deux de mes coyott qu'elle aimait beaucoup. Elle avait récupéré un bonbon en plus donc autant dire qu'elle était heureuse car comme je n'aimais pas ça, il n'y en avait pas beaucoup à la maison. Je me demandais comment Mayra faisait pour toujours en avoir dans ses poches d'ailleurs U.U... Bref... Les filles mangeaient des bonbons et moi je défaisais mon pull pour commencer à jouer les gros bras avec les livraisons.

« Et encore tu n’en vois qu’une infime partie. »

J'haussais un sourcil et allais répondre quelque chose mais ma fille -qui avait suivit la conversation- était justement en train de montrer la sienne. Je me mis à sourire devant cette action en me disant qu'il fallait vraiment que je fasse gaffe maintenant car elle était bien la digne fille de son père et donc pas vraiment idiote ma puce. Loin de là même...

« Magnifique, faudra que papa me montre la boutique. »
« Oh oui ! Oh oui !!!!! wo »
« Si ma fille le veut ! »

Comment pourrais je ne pas le vouloir alors ? J'adressais un sourire en coin à Sam avant de partir pour pouvoir décharger les cartons. Avec le tremblement de terre il n'y avait que le bar de mon vieux pote -le Viper- et le mien qui étaient encore debouts alors autant dire qu'on avait vraiment BEAUCOUP de clients en ce moments. Certes j'avais connu des moments avec plus de monde comme il y avait eut pas mal de départs mais les gens ressentaient plus le besoin de sortir et de boire aussi mes réserves étaient très rapidement vides. Très très rapidement. Et mes livraisons étaient donc assez énormes. Pendant que les filles regardaient et que Mayra commençait à ranger les cartons qui pouvaient être mis direct derrière le bar, je laissais ma fille sous la surveillance de Sam. Y'avait pas à dire... Un peu d'exercice ça faisait du bien et je continuais donc mon sport avant de demander un coca aux filles histoire de ne pas mourir desséché tout de suite. Surtout qu'on avait beau ne pas être en été, il faisait quand même bon à se bouger comme ça.

« Tu y gagnerais deux fois plus que moi… un coca et ma charmante présence sous ta douche… as-tu quelque chose d’encore plus alléchant à me proposer ? »
« 1o minutes de pause en plus. »

C'était tout ce que je pouvais proposer et ce n'était pas vraiment une grande proposition car les filles savaient très bien qu'elles pouvaient faire les pauses qu'elles voulaient tant qu'elles étaient sur le terrain quand j'avais besoin d'elles. Sam était surtout une danseuse et derrière le bar comme elle était un peu brise fer et Mayra faisait de tout et je leur faisais confiance à toutes les deux. Elles restaient mes coyott préférés et les plus "actives".

Devant la tête de Sam je me mis à sourire. Jalouse du baiser que je venais de donner à ma fille ? Fallait pas... Je vins donc déposer un baiser sur ses lèvres rapidement avant de laisser une de mes mains remonter le long de sa cuisse pour aller se perdre sans que ma fille ne puisse vraiment le voir comme elle était surtout occupée à jouer encore avec la main de la Coyott...

« Tu me connais bien dis moi… ça te plait ? »
« Beaucoup. »

Je ne voyais pas comment ça ne pourrait pas me plaire. En tout cas j'aimais beaucoup la texture c'était clair mais il était temps de retourner à mes cartons aussi je me contentais de repartir vers l'extérieur et de prendre les derniers cartons qui étaient largement les plus lourds. Un par un je les ramenais avant de voir arriver mon coca. ENFIN ! J'allais lui dire de le poser car je n'avais pas besoin qu'elle me suive avec quand même quand je sentis une de ses mains aussi perdue que la mienne quelques instants auparavant. Je retins un grognement en sentant cela alors que mon corps réagissait tout de suite à cette caresse.

« Quel homme… Tout en muscle. »
« Ça te plait ? »

On se répétait n'est ce pas ?... U.U... J'échappais à ses mains pour pouvoir aller poser le carton avant de revenir pour poser ma main sur ses fesses avant de disparaitre de nouveau pour porter les derniers cartons, payer mon livreur et le laisser partir. Bon alors... Il était où mon coca ? Je revins vers Sam qui devait toujours l'avoir avant de regarder ce qui restait à emporter jusqu'à la cave.

« J'aurais besoin d'un coup de main... »

.§.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Dim 4 Avr - 18:21

~ Max était un bon père, Lou n’avait peut être pas une structure familial « normale » mais elle avait tout ce dont elle avait besoin. Son père répondait à ses questions quand elle demandait ou était sa maman. Jamais je n’avais pu aborder ce sujet avec mon daron sans m’en recevoir une. Evoquer ma mère était pire que de tuer quelqu’un pour lui… ça lui rappelait trop de mauvais souvenirs essentiellement qu’au lieu de ramener la femme qu’il avait toujours aimé chez lui il avait eut un bébé… bref ça c’était mon petit jardin secret et j’en avais jamais parlé à personne, je doutais d’ailleurs avoir assez confiance en quelqu’un un jour pour avouer tout ce que j’avais sur le cœur. Mes proches savaient que je volais, il connaissait mes penchants pour les belles et bonnes choses et certains savaient même que je dormais sous une toile de tente sur la plage, mais aucun ne savait que j’en avais l’habitude. Pour beaucoup c’était dû à l’effondrement de mon appart… mais moi des apparts fixe je connais pas ! Enfin bon revenons en à quelque chose de plus sympa… les sous vêtements ! ~

- Oh oui ! Oh oui !!!!!
- Si ma fille le veut !
- C’est bon à savoir ça…

~ Non parce que s’il faisait toujours tout ce que ça fille voulait j’allais demander deux trois petites chose à la demoiselle… un sourire amusée éclaira mes prunelles alors que je posais un regard éloquent sur Max avant d’ajouter. ~

- Et puis en ce qui concerne les petites culottes… Lou et moi on fait presque la même taille…


~ Mouhahahahahaha moins il y avait de tissus plus je me sentais à l’aise alors la taille enfant c’était vraiment parfait x). Quoi qu’il en soit alors que je chatouillais la petite et que je laissais les deux autres bossés Max demanda un coca ~

- 1o minutes de pause en plus.
- Mouais…

~ Non c’était clair plus de temps de pause c’était assez pourri comme proposition. Moi quand j’étais au taff je bossais c’était tout, je dansais et il m’arrivait même de boxé un mec ou deux quand ça devenait vraiment trop chaud, ouais y’avait bien le videur mais j’vois pas pourquoi il serait le seul à s’amuser oO , les pauses c’était pour les petits joueurs. Bref j’allais quand même pas le laissé se dessécher sur place surtout que le jeu devenait bien amusant. ~

- Beaucoup.

~ J’en étais enchantée que mes dessous lui plaisent… réellement ravie ! Après m’être assurée que Mayra surveiller le petit gnome je filais donc à boire à son papa non sans l’ennuyer un peu. ~

- Ça te plait ?
- Beaucoup.


~ Echo echooooooo oui d’accord et alors ? ça avait le mérite d’être marrant non ? moi en tout cas ce petit jeu là m’amusait toujours beaucoup. ~

- J'aurais besoin d'un coup de main...

- Un coup de main un coup de pied… tout ce que tu voudras patron.


~ J’affichais un sourire avant de me diriger vers un carton que je prenais assez facilement avant de me diriger vers le sous sol histoire d’entreposer tout ça. ~

- Y'a presque autant de sable dans cet endroit que dans ma tente...

~ pas que ça me dérange hein... mais disons que le mec qui passait le balais devait avoir autre chose de plus intéréssant à faire que de passer le balais quand il était ici x)
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Dim 4 Avr - 19:53


.§.


Je ne connaissais pas en effet la vie de Sam et je devais avouer que je m’en moquais. Elle avait bien le droit de faire ce qu’elle voulait de sa vie et d’avoir ses secrets. Je n’étais ni psy, ni quelqu’un capable d’écouter les gens de toute façon. Ce n’était pas pour rien que j’avais seulement un pote dans ma vie. Et encore je connaissais Adrian d’une époque où j’étais plus jeune et où je déconnais pas mal tout comme lui. Depuis nous avions eu pas mal de choses qui s’étaient déroulées dans nos vies et qui nous avaient fait évolués et nous étions restés potes malgré tout. Ce qui était beau car, franchement, je ne pensais pas que je serais capable de garder grand monde mais Lou aimait son oncle aussi donc rien ne pourrait nous séparer. C’était comme ça. En attendant la vie de la miss était la sienne. Rien à y redire. Même si je me jugeais assez doué et avoir vu assez de monde dans mon bar et avec mes coyotes pour me dire que la jeune femme n’était pas blanche comme neige mais je ne l’étais pas non plus et bien d’autres membres de mon équipe non plus alors, tant qu’elle ne me volait pas et qu’elle faisait son boulot, je m’en tapais. Et cela ne m’empêchait pas de profiter de sa présence pour l’instant alors que je ne continuais de décharger le camion qui apportait les boissons pour la semaine.

« C’est bon à savoir ça… Et puis en ce qui concerne les petites culottes… Lou et moi on fait presque la même taille… »

Cette remarque me fit sourire alors que ma fille regardait toujours Sam avec intérêt avant d’être récupérer par Mayra qui ranger les bouteilles et qui avait mis un chiffon dans les mains de ma fille. Lou trouvait cela très drôle de rester entre les jambes de la coyott et de l’aider à essuyer les bouteilles avant de les ranger aussi je n’y fis plus attention. De toute façon j’avais une confiance totale en mes coyott. Et puis il fallait dire que Sam était en train de légèrement distraire mon attention alors, si avec ma fille dans mes bras ce n’était pas possible, là, tranquille, c’était largement pire. Surtout que ma proposition d’une pause en plus ne semblait pas vraiment l’enchanter mais là j’avais une toute autre idée en fait. A force de me chercher on me trouvait et je savais que c’était exactement ce qu’elle voulait justement donc autant en profiter… La livraison était terminée aussi je n’avais plus qu’une caisse à descendre et un petit coup de main ne serait pas refus. Et ce, dans tous les sens du terme….

« Un coup de main un coup de pied… tout ce que tu voudras patron. »
« Vraiment tout ? »

Je récupérais le dernier carton dans mes bras pour pouvoir le descendre à la suite de Sam en lui rappelant de faire gaffe à la première marche qui menait à la cave et qui était un peu cassée depuis quelques temps. Ouais faudrait que je pense à la changer mais je n’en avais pas encore eu le courage en fait et tout le monde était au courant donc bon…. Tant qu’il n’y avait pas de blessés…

« Y'a presque autant de sable dans cet endroit que dans ma tente... »
« Le ménage n’a jamais été mon point fort… »

Jamais jamais. Et je me doutais qu’une tente sur la plage devait être plus agréable que la cave ici. Le Coyott ressemblait beaucoup à un blocos tout de même. Et ce n’était pas pour rien que, justement, il tenait autant debout et qu’on n’avait eu aucun souci malgré le tremblement de terre qui avait secoué tout L.A. Je posais mon carton avant de m’approcher de Sam un petit sourire sur les lèvres et de l’attirer contre moi histoire de pouvoir reprendre là où on avait laissé notre petit jeu… Et justement mes mains allaient se perdre de nouveau sous sa jupe…

« Tu voulais vérifier quoi alors…. »

.§.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Lun 5 Avr - 13:37

~ C’était bien une chose que j’appréciais sur mon patron, il n’était pas dupe mais il ne posait pas de question non plus. Et c’était sans doute pour cette raison que je bossais ici depuis si longtemps. Oui si mois pour moi c’était long. J’avais jamais eu un taff fixe avant celui-ci, je vivais depuis toute petite de mes vols et si je continuais encore c’était tout simplement parce que ce que je gagnais ici ben… ça allait direct à la banque. Si si j’vous jure j’ai un compte et y’a déjà six mois de salaire dessus je n’y ai jamais touché. Je verrai bien plus tard ce que j’en ferai. Le jour je volais, je dansais et revendais et la nuit je bossais ici… C’était la seule règle que je m’imposais au coyott je ne volais ni le bar ni les clients. De toute façon ce fric revenait dans ma poche d’une façon ou d’une autre. Personne n’était blanc comme neige, bon peut être Lou mais parce qu’elle n’avait que trois ans. Même moi à trois ans j’étais encore pure et innocente puisque c’est à quatre ans que j’ai commencé le vol et la mendicité. Bref je profitais de la cool attitude de mon boss tout en profitant également de son physique irréprochable… que voulez vous on faisait d’une pierre deux coups et.. Sincèrement pas n’importe quel coup ! Croyez en ma grande expérience ! Hey je vous arrête tout de suite je suis pas une p*te mais y’a pas de mal à se faire du bien et avec Maximilien franchement ça aurait été comme craché dans la bonne soupe si je le laissais filer et ce n’étais pas dans mes habitudes de faire du gâchis.

Alors ou je l’ennuyais parce que le jeu du chat et de la souris était mon préféré et que je savais qu’il suivrait. Si Mayra n’avait pas été là ça aurait sans doute changé la donne avec Lou mais là aucun soucis. Je prenais donc le carton et faisait bien attention à la première marche qui était un brin casse gueule… j’aurai été mal avec une jambe dans le plâtre U_U ~

- Vraiment tout ?
- Tu me connais je dis jamais rien en l’air.


~ Bien sur que je savais à quoi m’attendre et c’était clairement ce qui m’amusait le plus. ~

- Le ménage n’a jamais été mon point fort…
- Le mien non plus…


~ J’étais peut être une femme mais j’étais pas super douée pour faire les poussières etc. Et puis… y’avait peu de chose dans ma tente, de quoi survivre, faire la tambouille et conservé quelques trucs au frais, les bibelots très peu pour moi. Je maitrisait d’autres domaines… et je le lui prouverai au cas ou il ne soit pas encore au courant. Je posais donc le carton à sa place et détachais mes cheveux puisqu’ils ne seraient plus une gêne pour le rangement ou… pour autre chose puisque je sentais le bras de Max me rapprocher de lui puis sa main qui passait sous le peu de tissus que je portais. Un large sourire aux lèvres je lui répondais. ~

- Tu voulais vérifier quoi alors….
- Que tu étais musclé… partout.


~ Mon corps se déhanchait juste assez pour attisé une partie du corps du jeune homme alors que ma main parcourait ses tablettes de chocolats que j’aurai mordu avec délice si mes lèvres n’étaient pas occupés à goutés celle de Maximilien avec gourmandise… plus tard oui, plus tard, on avait un peu de temps devant nous tout de même non ? x) ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Lun 5 Avr - 15:23


.§.


Le tremblement de terre avait fait fuir les anciennes coyott que j’avais et il ne m’en restait qu’une de l’ancienne équipe mais je devais avouer que j’aimais bien ma nouvelle équipe. Mayra n’était là que 3 soirs par semaine mais savait mettre l’ambiance et surtout faire de supers cocktails et Sam savait très bien chauffer l’ambiance même si je ne la mettais derrière le bar que pour les trucs simples comme elle n’était pas toujours très adroite. Ensuite j’avais deux petites nouvelles qu’il fallait que mes deux miss finissent de former mais la toute dernière semblait très prometteuse aussi j’aurais rapidement une équipe complète et on allait moins courir car même si mon bar avait tenu bon face au tremblement car il était très solide, il y avait eu une baisse de fréquentation avant que tout le monde revienne surtout ici comme c’était encore debout et c’était au même moment que mes filles étaient parties. Le bonheur. On avait eu donc des mois pas faciles avant de récupérer une équipe complète et performante. Maintenant les soirées allaient devenir plus détendues qu’avant et on allait arrêter de courir dans tous les sens en finissant par être désagréable avec la clientèle parfois. Et puis j’avais deux videurs en plus ce qui m’aidait clairement à mieux calmer les choses.

Il fallait juste remplir le bar correctement et c’était justement ce que je venais de faire avant que mon attention soit détournée par Sam qui me cherchait pour changer… Ma fille était occupée à nettoyer avec Mayra et sachant très bien que la jeune femme y ferait attention, j’entrainais ma coyott dans la cave pour poser le dernier carton et en revenir à notre ancienne conversation.

« Tu me connais je dis jamais rien en l’air. »

Oui oui…. Et c’était bien pour cela qu’elle me plaisait. Nous étions assez semblables sur pas mal de choses en fait et je comptais bien vérifier qu’elle était absolument comme je l’imaginais. Oui oui il y avait des patrons qui faisaient attention de ne pas profiter de leur position et du fait qu’ils manageaient des filles… Et il y en avait qui savaient voir leur intérêt et je n’étais franchement pas insensible à la beauté de mes coyott. Qui le serait ? En tout cas pas moi et c’était ce que je constatais de nouveau alors que j’attirais Sam vers moi en reprenant là où nous avions laissé notre conversation…. Mes doigts ne mirent pas longtemps à retrouver la dentelle de ses dessous pour la contourner justement.

« Que tu étais musclé… partout. »
« Vérifies autant que tu veux… »

Serrant les dents en lâchant un léger grognement sous ce qu’elle était en train de faire, je la serrais un peu plus contre moi en laissant mes doigts aller vérifier que sa peau était douce absolument partout et en profitant pour tester la chaleur de son corps… Surtout que j’avais autant envie de jouer qu’elle… Je la fis reculer jusqu’à une caisse derrière elle en défaisant ce qui me gênait pour profiter d’elle avant de remonter ses jambes de part et d’autre de mon corps tout en allant l’embrasser dans le cou…
.§.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Lun 5 Avr - 19:17

~ En ce qui me concerne le tremblement de terre ne m’avait pas fait peur… il m’avait dégouté. Ce jour là je squattais le théâtre quand tout à trembler… et j’ai vu la famille qui squattait avec moi s’enfuir à toute allure, portant le nouveau né et la grand-mère qui était avec eux… Moi ce jour là j’étais seule, mon paternel ayant passé la nuit dans un refuge. Ca faisait des lunes qu’on ne « vivait » plus ensemble mais il arrivait toujours à me trouver quand il le souhaitait enfin plutôt quand il souhaitait me piquer du fric mais Salsa le reconnaissait rapidement maintenant et il grognait dès qu’il le sentait approcher. Tout ce que je savais moi c’est que ce tremblement de terre avait encore touché les plus pauvres plus fortement que les plus riches, et si j’étais plutôt tranquille moi ce n’était pas le cas de pas mal de mes connaissances qui avait parfois perdu un membre de leurs familles… alors oui cette catastrophe naturel m’avait paru bien dégueulasse… mais voyant tout ce bordel moi j’en avais profité pour pillé les plus belle baraques du coin. Un peu plus ou un peu moins de richesse, sérieusement ils ne voyaient pas la différence. Bref je connaissais le Coyott avant le tremblement de terre mais ce n’était pas mon barre préféré, trop de monde… je me faisais tripoter et les gens n’avaient pas grand-chose dans les poches.

En tout cas j’avais été plutôt ravie d’avoir ce job… c’était clairement dans mes cordes et même pour le service j’avais fait d’énormes progrès et j’arrivais a passer une soirée sans rien cassé ni verre ni bouteille… et, ce qui ne gâchait rien, je m’entendais bien avec mon boss et avec mes collègues. J’étais la seule à bossé tous les soirs ici Mayra avait un autre taff mais ça n’empêchait pas notre groupe d’être assez soudé et de s’entendre sur l’essentiel. Nos numéros s’enchainait sans couac chaque soir le show était bel et bien là sur le bar et les clients se faisaient de plus en plus nombreux. De mon point de vue tout roulait ici, la preuve en était que les commandes étaient de plus en plus importantes chaque mois.

Max était mon tout premier patron mais ce ne serait pas moi qui allait l’accuser d’abus de pouvoir car dans ce cas présent n’abusais je pas moi aussi du pouvoir que je possédais ? Etre une femme, une jolie femme –ben ouais j’étais pas un thon quand même- avait un certain avantages et j’en usais à ma guise. ~

- Vérifies autant que tu veux…
- Je n’attends jamais la permission…

~ Dis je alors que ma main était descendue histoire de retirer ce qui devenait franchement encombrant alors que mes lèvres jouait avec avidité jusqu’à ce que Max délaisses les miennes pour venir s’échouer sur mon cou. Je ne retins pas un soupire causé par de tels attentions. Je sentis mon dos touché une caisse et je passais mes jambes autour de lui. Et oui j’étais une danseuse et mon corps était plutôt souple, agile et fin, croyez moi un réel plaisir pour ses instants intense. Mes mains passèrent autour du cou du jeune homme alors que mes lèvres récupéraient les sienne en les mordant. Moi une lionne… ? Bien sur, ça dérange quelqu’un ? ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Lun 5 Avr - 20:10


.§.


Je devais avouer que j’étais beaucoup plus égoïste que Sam pour tout cela. Ma maison avait tenu bon bien que le tremblement ait écroulé toute une partie de la ville et j’en étais bien heureux. J’avais trop de choses chez moi et je ne voyais pas faire vivre ma fille au Coyott le temps de récupérer une maison. Après je n’étais pas du genre à filer des sous aux pauvres ou autre, je me contentais de bosser au max ici, de filer des supers soirées aux gens qui avaient envie de se détendre un peu et de mener mon petit commerce tranquillou. Je savais qu’il y avait du monde qui était à la rue, je savais que c’était toujours les mêmes qui avaient subi mais je devais avouer qu’à part ma petite vie il y avait très peu de choses qui m’importaient. Tant que ma fille allait bien et était protégée, je ne demandais rien de plus….

En attendant ces préoccupations étaient bien loin de mon esprit alors que mes mains venaient de trouver une partie très intéressante de l’anatomie de ma Coyott et que je laissais mes doigts défaire le seul morceau de tissu qui me dérangeait pour ce que je désirais. La caressant tout en l’embrassant, je la fis reculer jusqu’aux caisses que je venais de mettre les unes sur les autres et que je n’avais pas encore rangé. Ici il n’y avait pas de tables, pas d’endroit particulièrement sympa mais je m’en moquais car, pour l’instant, je ne voyais que le désir que Sam avait éveillé chez moi depuis son petit manège en haut jusqu’à cette façon qu’elle avait d’onduler contre moi alors que tout mon corps réagit à son petit jeu. Ouais les mecs, nous étions faibles face aux femmes et surtout face aux femmes aussi belles que pouvait l’être Sam mais je m’en tapais grave là. J’étais totalement conscient de ce que je faisais et je n’avais pas envie de reculer. Pour rien au monde.

« Je n’attends jamais la permission… »

Ca je le savais… Rien qu’à voir la façon dont elle venait de virer ce qui la gênait aussi alors que je passais ses jambes de part et d’autre de mon corps tout en gardant, pour l’instant, juste ma main pour pouvoir lui faire pousser des soupirs qui me donnaient encore plus envie qu’elle. Elle était souple, j’étais fort aussi cette position ne faisait que renforcer mon désir alors que j’allais lui mordre légèrement le cou avant de remonter vers ses lèvres pour l’embrasser avec passion.

Mes mains sur ses fesses et mes pouces enfoncés dans le haut de ses cuisses, je prie possession de son corps sans autre forme de cérémonie. J’avais envie d’elle tout simplement et je savais qu’elle ressentait exactement la même chose. De plus j’avais envie de la sentir prendre du plaisir entre mes mains comme j’avais envie d’en prendre tout autant et je n’étais pas vraiment l’homme le plus patient au monde. Au contraire… J’aimais avoir ce que je voulais et, généralement, que ce soit moi qui ait les rênes de ce genre d’instant histoire d’avoir exactement ce que je voulais et là… Là… Je devais avouer que j’appréciais de la sentir répondre avec autant de violence que moi.
.§.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Lun 5 Avr - 21:25

~ En règle générale je m’occupais beaucoup de ce qui me touchais de près donc à mon petit confort mais quand ça touchait des gens que je côtoyais chaque jours ou pire des enfants alors là oui ça me touchait parce que personne ne devait vivre la même enfance que moi. Parce que si je voyais toujours le bon coté des choses, toujours le verre à moitié plein je faisais ce que je pouvais pour aider les enfants. Un enfant était innocent, un enfant n’avait rien pour se défendre contre les coups et les brimades ou la pauvreté alors oui s’il m’arrivait d’avoir une bonne recette grâce à mes vols je partageais… J’aimais bien les gosses, sans doute parce que j’en étais encore une moi-même… J’aime ce qui brille, les robes, les belles choses, le maquillage, la danse… une vrai petite fille. Oui ok c’est vrai, j’aime aussi me battre, voler, le sexe et ça n’avait rien d’enfantin… mais bon j’avais plus 5 ans non plus x) vous me suivez ? Non et puis en faite on s’en tape quoi, parce que là ce qu’elle faisait ben un gosse n’était pas sensé le faire non plus ni le lire alors attention aux petits curieux, ce sujet ne vous regarde plus !!!

Mouhahaha oui les hommes sont faiblessss des pantins dont les femmes tiennent les ficelles… moi je tenais les ficelles de façon assez lâche parce que j’aimais que mes partenaires prennent des initiatives et se montrent aussi gourmand que moi. Oui dans ces cas là aussi j’aimais partager comme quoi ça avait du bon le partage ! C’est vrai que l’endroit n’était pas vraiment digne d’un conte de fée mais en même temps il était à l’image du reste de ma vie… assez poussiéreux et encombré mais je m’en fichais royalement parce que le plus important était d’être deux et de bien s’amuser, ce qu’il y avait autour importait lorsqu’il y avait des préliminaires et dans le cas présent ils allaient clairement être de courte durée. Je suis certes une femme et j’apprécie les attentions mais là le jeu en valait la chandelle.

Trêve de bavardage, sa peau aussi douce que du satin glissait sous mes doigts experts mais nul doute que l’emplacement de ses doigts et sa dextérité me faisait pousser de longs soupirs de plaisir et de désir, chaque seconde plus profond encore. Le mordre, m’enivrer de son parfum de sa peau, gouter à ses lèvres… lorsque ses mains furent au niveau de mes fesse je me cambrais violemment pour le sentir plus en moi, pour que nous en profitions au maximum. Il avait certes les rennes en mains mais je pouvais maitriser la puissance de nos mouvements et une chose était certaine j’étais du style violente. Il avait tout du loup et moi de la lionne… nous formions forcement un couple très bestial. D’ailleurs je revins me collé contre lui, mes ongles s’enfonçant légèrement dans sa peau et mes lèvres attaquant violemment son cou… non non je n’allais pas attaquer à la jugulaire pour l’achever, je n’allais pas dire stop, pas maintenant ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Lun 5 Avr - 23:45


.§.


Les pensées, les devoirs, les égos, et tout ce qui allait avec, c’était très très loin de mes pensées de toute façon. Depuis que nous étions descendus dans la cave et que j’avais récupéré Sam contre moi je ne pensais a plus rien du tout à part la saveur des lèvres de la jeune femme et cette façon qu’elle avait de se coller contre moi et d’onduler sensuellement. Je sentais la moindre parcelle de mon corps réagir à cette pression qu’elle exerçait contre lui et je me sentais, moi-même, bien trop serré dans mes fringues soudainement alors que je la poussais pour pouvoir l’installer sur les caisses que j’avais posé quelques instants auparavant. Je ne savais pas si elle avait l’habitude d’avoir des hommes dans sa vie, je ne savais pas si elle aimait ce genre de relation sur deux caisses d’alcool. A vrai dire je m’en moquais. Je ne jugeais pas la jeune femme car je ne voyais que ce qui était en train d’être partagé : un simple moment de plaisir.

Je l’embrassais donc avec passion tout en attisant son désir de mes doigts alors que je virais le seul morceau de tissu qui me dérangeait pour l’instant… Le seul qui m’empêchait de pouvoir faire les mouvements que je désirais et de pouvoir prendre ce que je désirais dans quelques instants aussi. Mon pantalon et mon boxer eurent vite fait de tomber en bas de mes pieds alors que je récupérais rapidement juste un truc dans ma poche et que je continuais de l’embrasser avec passion, descendant mes baisers dans son cou alors qu’elle se cambrait pour m’accueillir et que je répondais justement à sa demande avec aucune douceur. Ce premier mouvement eu le don de me tirer un grognement rauque que j’étouffais dans son cou avant de recréer ce mouvement si agréable à nous deux….

Me reculant légèrement, je ne la quittais pas du regard en appréciant de la voir se mouvoir ainsi pour venir à ma rencontre et je continuais de mener cette danse avec un plaisir très visible. Je ne cherchais pas à être discret non plus d’ailleurs…. Quand elle se colla contre moi, je serrais les dents devant la douleur de ses ongles dans ma peau mais cela ne me fit que lui donner des coups de reins un peu plus violents alors que je réalisais qu’il était temps que je rajoute un léger détail à notre étreinte car, même si je savais que cela n’allait pas s’arrêter tout de suite, il était intelligent que j’u pense pendant que je pouvais encore penser justement U.U. D’un mouvement soudain je me retirais avant de laisser ma main reprendre ce qu’elle avait commencé avant et la faire un peu haleter… Son regard noir me fit sourire mais je l’embrassais de nouveau avant de revenir violemment reprendre son corps… Là elle pouvait me mordre et m’arracher la peau jusqu’au bout…. Jusqu’à la fin de notre étreinte car cela ne me dérangeait aucunement.

La soulevant soudainement je la coinçais contre le mur un peu plus loin avant de remonter ses mains au-dessus de sa tête pour la cambrer un peu plus et je continuais ce que nous avions commencé en l’embrassant avec passion en sentant que mon dos aller se souvenir longtemps de Sam au vue des marques qu’elle était en train de m’infliger.


.§.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Mar 6 Avr - 22:48

~ Les devoirs sérieux moins j’en avais mieux je me portais et je faisais bien en sorte d’en avoir le moins possible ! Le seul devoir que j’avais il était envers moi-même ! Fallait vivre et d’une façon ou d’une autre je vivais comme il me plaisait avec le moins de contraintes possible et le max d’amusement ! C’était comme ça, j’avais choisi d’être une pure feignasse a partir du moment où ça touchait plus à mon petit confort. Pour ce qui était de mon égo ben… il était surdimensionné et alors ? Puisque personne ne s’était jamais préoccupé de me faire des compliments je m’en chargeais très bien toute seule x) Et ouais moi, en tant que représentante es nanas j’arrivais à penser malgré l’envie, le désir qui allait croisant en présence de mon patron à moitié a poil devant moi. Mais puisqu’il n’y avait pas plus humain que la faiblesse il était clair que j’allais pas laissé passer l’occasion de me faire du bien.

Je ne notais pas mes amants, non pas qu’il y en ait trop eu pour bien s’en souvenir mais simplement parce que ce que je retenais de chaque expérience ben… c’était ce qu’il y avait de mieux le reste passait à l’as. Mon problème avec les mecs c’est qu’une fois au lit s’il ne va pas assez vite à mon gout je prends les initiatives et je domine et forcement ça plait pas à tout le monde. Parfois… ouais parfois j’suis un vrai mec et j’avoue que ça me plait pas mal. Mais là, dans cette situation je le laissais faire tout en engageant mes envies. Non non me taper un mec sur des caisses d’alcool n’était pas une habitude pour moi mais c’est ce qui rendait la chose plus excitante encore.

La violence de l’instant ne me dérangeais pas pire je l’attirais en enfonçant de nouveau mes ongles dans sa peau… Il était doux avec moi dans le sens ou …. Oui mon corps était mon outils de travail, il était certain que les clients du coyott préféraient voir mon corps intact que recouvert de bleu ou de griffures… Mais alors que j’appréciais au plus haut point notre rencontre il se retira et je lui lançais un regard noir avant de comprendre ce qu’il était en train de faire. Amusée je lançais entre deux soupires. ~

- Voilà le chapiteau correctement drapé… que le spectacle commence.

~ Comment ça il avait déjà commencé ? bien sur que je le savais x) n’empêche que ce petit commentaire imagé m’étais venu comme ça… j’aimais bien les cirques moi, non non Maximilien ne ressemblait pas à un clown mais je sais pas des fois, souvent en vérité je parle avant de réfléchir… et je sors ce genre de connerie. Espérons que ça ne lui casse pas tous ses effets ! Maisça n’avait pas l’air d’ailleurs je profitais allégrement. Oui, mes ongles continuait leurs travail dans son dos… ce que je faisais ? j’infligeais ma marque et qu’il s’estime heureux que je m’appelle Sam et pas Elisabeth-Héloïse… ça aurait été carrément plus douloureux… Enfin bon là il était certain que plus mon plaisir était grand plus mes ongles serrait, plus mes ongles serrait et plus ses mouvements étaient violents… un cercle vicieux que j’appréciais tout particulièrement. Il tenait à présent mes mains mais dès que ses lèvres s’approchait trop près des miennes je les mordais… il me cherchait… il me trouvait ce n’était pas plus compliqué. ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Mer 7 Avr - 3:39


.§.


Je m’en tapais qu’elle soit masculine et tout ce qu’elle désirait en fait car, de toute façon, je ne lui laissais pas vraiment le choix sur ce qu’elle désirait. J’avais envie de la prendre et c’était exactement ce que je venais de faire. Je ne savais que trop bien la façon dont elle se comportait à longueur de journées et surtout la grande gueule qu’elle pouvait être mais, franchement, je ne voyais pas en quoi cela me dérangeait. A vrai dire elle parlait tout simplement pour trois et comme je ne parlais que peu ça ne me dérangeait pas outre mesure. Elle disait tout haut ce que j’avais la flemme de prononcer en fait et donc elle ne m’avait jamais emmerdé. Non en fait elle devait même être dans les coyotts avec laquelle je m’étais le moins pris la tête et pourtant elle avait un ptin de caractère. Comme toutes mes filles d’ailleurs. Oui oui j’avais tendance à les appeler comme ça et non ça ne voulait pas dire que je leur faisais faire le trottoir mais juste qu’elles m’appartenaient ce qui était vrai.

Je devais avoir un feeling avec les personnes qui avait un nom ou surnom aussi court… Max… Lou… Sam… Et oui j’étais bien heureux que son prénom soit aussi court car sinon je serais bien incapable de dormir sur le dos pendant quelques temps vu la violence avec laquelle elle était en train de m’incruster les doigts dans la peau. Plus elle me faisait du mal et plus je redoublais de violence et nous étions capable de continuer ainsi pendant des heures. Mes pouces incrustés dans ses cuisses, je continuais de faire claquer son corps contre le mien et contre la caisse d’alcool. Les bouteilles bougeaient et s’entrechoquaient mais cela était très très loin de mon esprit étant donné que mes lèvres venaient de trouver les siennes et que je ne pensais plus à rien… Enfin presque rien….

« Voilà le chapiteau correctement drapé… que le spectacle commence. »
« Tais-toi Sam… »

Me contentais je de répondre avant de l’embrasser avec passion en m’unissant de nouveau avec elle. Franchement il n’y avait pas vraiment besoin de commentaires là-dessus. Oui j’y avais pensé et ça me paraissait logique que ce soit à l’homme d’y penser. Je n’allais pas prendre 25 ans pour lui demander si elle prenait la pilule, si elle avait fait un test, etc alors le plus facile était encore d’utiliser cela et, oui, j’en avais toujours sur moi étant donné que je n’avais jamais le dernier à avoir envie de profiter d’un de ses moments-là. Et cela se passait de commentaires. Surtout que nous avions bien d’autres choses à penser pour l’instant et je la soulevais donc soudainement pour la plaquer contre le mur et continuer ce que nous avions commencé. Si j’avais sauvé mon dos, je grognais sous une morsure particulièrement violente de ma lèvre et je me reculais en passant ma main sur ma lèvre pour voir un peu de sang y déposer. Je la regardais en léchant le sang avant d’aller l’embrasser de nouveau puis de descendre le long de sa mâchoire pour aller la mordre dans le cou alors que je redoublais la violence de mes propres mouvements.

Tout étant très loin de mes pensées à part le corps de Sam, je ne revins sur terre que bien plus tard alors que je me serrais une dernière fois contre elle en poussant un soupir rauque dans son cou et que je frissonnais sous le désir éprouvé. Cela n’avait rien eut de doux ou de délicat mais cela me représentait très bien et je restais appuyé contre elle, mon visage dans son cou alors que j’essayais de reprendre mon souffle. Je l’écrasais encore du poids de mon corps mais j’avais lâché ses mains et je me reculais enfin en déposant un léger baiser sur ses lèvres et grimaçant en bougeant mes bras car cela faisait fonctionner mes omoplates.

« J’espère que tu sais aussi jouer à l’infirmière… »


.§.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Mer 7 Avr - 17:04

~ Good news il réagissait… ben ouais comme un mec, bad news pour moi en fait j’avais bel et bien des pures réactions de mecs. Plus on me cherchait plus on me trouvait et quand j’avais une idée en tête je ne l’avais pas ailleurs. Pour ce qui était de ma douceur légendaire et bien… elle portait bien son nom. Elle était légendaire et ceux qui pouvait en parler étaient rares… Lou pouvait en parler oui parce qu’avec une enfant j’étais douce, un homme aussi pouvait attester que je n’étais pas qu’une bête. Mais en règle générale je trouvais des partenaires qui, comme moi donnaient tout, quand bien même cela laissait des traces. Pour ce qui était de mon caractère et ben… si les dragons existaient encore je pense que je ferai parti intégrante des leurs. Je disais tout haut ce que les gens disaient tout bas, je pouvais être super bavarde comme super expéditive si j’avais pas envie de parler. Tout ce que je faisais je le faisais si j’en avais envie sinon c’était même pas la peine d’y penser. J’étais têtue, butée, optimiste à l’extrême au moins en parole en bref j’étais l’incarnation parfaite d’une chieuse au sens le moins noble du terme ! Et vous savez quoi ? J’en suis super fière x)

J’incrustais donc mon prénom dans sa peau parce que j’adorais imaginer la tête de la nana qui passait après moi quand elle verrait le prénom dans le dos de son compagnon d’un soir ou pas… Franchement vous imaginez leurs tête et la question fatidique « c’est qui Sam ?? » moi ça me faisait bien marrer à chaque fois aussi ma marque était elle ainsi imprimé. Pour ajouter un petit plus cela rendait Maximilien bien plus « présent » dans ces moments, il supportais la douleur parce que le plaisir était plus fort, un peu comme moi avec ses pouces incrustés dans mes cuisses qui allaient forcement laissé des traces… ou la marque des caisses sur mon magnifique postérieur ! ~

- Tais-toi Sam…

~ Bon sur ce coup là j’obéissais parce que si je rétorquais quelque chose j’allais rigoler et ça casserai franchement le moment ce que je ne voulais pas. Non mais c’est bien il pensait à notre protection, c’était cool de sa part encore trop de mec s’en tapaient royalement. Moi je prenais pas la pilule parce que ça me foutait à plat quand au test j’en avais fait un il y a peu et il s’était révélé négatif donc bon c’était ok. Restait plus que le môme quoi mais avec la capote on risquait plus grand-chose, un conseil sortez toujours couvert ! Ma morsure eut l’effet escompté et quelques secondes il se recula lorsqu’il revint vers moi je l’embrassais avec passion goutant moi aussi au sang qui coulait encore un peu par ma faute. Non je n’étais pas une dangereuse malade psychopathe mais j’avais eu besoin d’un instant d’air et je l’avais obtenu de cette façon et puis… vu comment il faisait pour oublier sa douleur sérieusement vous aussi vous lui feriez mal x) !

Le temps fila sans que je ne m’en rende compte, c’est toujours comme ça avec un bon amant. Nos derniers soupirs, nos derniers râles de plaisir eurent tôt fait de nous prouver l’un l’autre que l’étreinte avait été aussi passionné que réussi. Moi j’aimais pas cette question que certains mecs posaient après avoir fait l’amour « alors heureuse » ou pire « t’as aimé » quand bien même j’aurai aimé mon esprit de contradiction me poussait toujours à répondre l’inverse. Si on m’en laissait le temps moi après l’amour j’étais un peu plus douce preuve en était qu’il avait posé sa tête dans mon cou et que machinalement ma main avait trouvé ses cheveux que je caressais tout en reprenant également mon souffle et mes esprits. Je souriais amusée lorsqu’il reprit la parole. ~

- J’espère que tu sais aussi jouer à l’infirmière…
- Je sais oui et toi ?


~ Lui demandais-je en lui montrant les marques que j’avais au niveau des cuisses. Oui oui vous avez bien lu je venais tout simplement de prendre mon pied dans ma main et de faire un Y pour lui montré mes blessures de guerres è_é j’étais souple, ce n’étais pas une nouveauté après tout j’étais danseuse tout de même. ~

- …mais il te faut d’abord une bonne douche… parce que entre le déchargement des caisses et notre petit intermède tu… pues le phoque, y’a pas d’autres termes U_U

~ j’allais pas m’excuser de dire la vérité hein et je sentais pas la rose non plus d’ailleurs.. c’est que notre étreinte avait été plutôt physique tout de même. ~

- d’ailleurs en prendre une ne me ferai pas de mal non plus…

~Histoire d’être top fraiche pour le boulot après. ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Mer 7 Avr - 19:03


.§.


Les femmes… A vrai dire il n’y avait qu’en entendant penser la jeune femme qu’on se rendait compte qu’elle pensait quand même vraiment comme une femme car je ne me voyais pas du tout en train de penser à ma future conquête alors que moi je ne pensais à rien d’autre que juste le plaisir que j’étais en train de prendre. Et ça je ne pouvais nier que Sam m’en donnait même si elle était ultra violente et que cela me changeait clairement de mes dernières relations. Généralement on ne m’appréciait pas outre mesure car je n’étais en aucun cas romantique, doux et charmant mais elle semblait largement aussi douce que moi et ce n’était pas pour me déplaire. Bien que ses ongles soient en train de me lacérer la peau et qu’elle était en train de m’ouvrir la lèvre avec ses dents. La morsure me tira d’ailleurs un léger sourire alors que j’allais l’embrasser de nouveau avant de lui mordre le cou. Chacun aurait son lot de marques.

Le temps passa rapidement comme bien souvent dans ce genre de moment. La tête posée dans son cou, je reprenais son souffle alors qu’elle me caressait avec douceur les cheveux. J’appréciais ce moment de douceur et surtout de plénitude et je restais quelques instants sans bouger le temps de reprendre mes esprits pour enfin me détacher d’elle. Je récupérais les rares fringues qui étaient parties pour les remettre avant de grimacer en sentant que je pourrais clairement remettre mon tee-shirt par contre. En tout cas pas tout de suite. Il n’y avait plus qu’à savoir si la miss était capable de soigner ce qu’elle venait de faire ou si elle avait juste décidé de me pourrir le dos par plaisir.

« Je sais oui et toi ? »

J’haussais un sourcil avant de voir qu’en effet, j’avais fait moi-même des marques. Je me baissais en voyant qu’elle me montrait ses marques et allais y déposer un baiser avant de profiter pour déposer un autre baiser largement moins « chaste » sur une partie de son corps qui était non loin. Je revins ensuite l’embrasser avant de me reculer de nouveau en me disant qu’une bonne douche ne serait pas superflue…

« …mais il te faut d’abord une bonne douche… parce que entre le déchargement des caisses et notre petit intermède tu… pues le phoque, y’a pas d’autres termes U_U »
« Ouais. J’y pensais. »

Non je n’étais pas contrarié par ce qu’elle venait de dire car c’était vrai et je venais moi-même de le sentir donc une bonne douche ne ferait pas de mal. Et puis cela nettoierait les griffures que j’avais dans le dos.

« D’ailleurs en prendre une ne me ferait pas de mal non plus… »
« Viens. »

Je lui fis signe de me suivre alors que je remontais. Les rires de ma fille me firent comprendre que tout se passait bien avec Mayra et qu’elles devaient être en train de danser ou quelque chose comme ça comme il y avait de la musique soudainement aussi je ne m’inquiétais pas et récupérais Sam contre moi pour l’entrainer dans mon bureau comme il y avait une sorte de salle de bain qui en dépendait. Je faisais encore beaucoup de sports aussi j’aimais pouvoir prendre une douche avant de commencer mon taf ici et je préférais laisser les douches de la salle de pause aux filles pour qu’elles soient tranquilles. Je laissais couler l’eau avant de virer de nouveau mes fringues -enfin le peu que j’avais- et de me mettre dessus. La brulure de l’eau chaude sur mon dos me fit grogner légèrement avant que cela passe et je laissais de la place à la miss pour qu’elle puisse profiter de l’eau chaude. Je récupérais le savon en même temps.

« Tu vis toujours sous ta tente alors ? »

.§.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Ven 9 Avr - 13:40

~ Ah oui j’avais un mode de pensées totalement féminin ? C’était peut être tout simplement parce que je pensais non ? Les hommes ne peuvent pas faire deux choses à la fois, ils sont mono tâche c’est bien connu alors faire l’amour et penser pour eux c’est complètement impossible, impensable même. Moi par contre, née avec mon appareil génital complètement à l’intérieur –et ouais j’ai pas fait d’étude mais il m’arrive de causer correct – je peux et faire l’amour et penser à ses prochaines conquêtes. Bon par contre je pensais pas non plus au fait qu’il se tape une brune, une blonde ou une rousse, fallait pas poussé mémé dans les orties quand je prends un pied pareil mes pensées sont quand même assez limitées. Tels deux lions nous nous mordions, mais il ne fallait pas se trompé la douleur provoquait une monté d’hormones qui accroissait le plaisir, ni l’un ni l’autre –du moins je ne pense pas Oo- n’étions sadomaso. En tout cas je me voyais mal l’électrocuté pour le plaisir XD Bref tout se passait parfaitement bien et je n’en ajouterai pas plus, c’est bon inutile de décrire des choses aussi perso même dans mes pensées !

Je récupérais vaguement mes fringues et enfilais mon petit haut avant de lui montrer mes marques. Marques qu’il embrassa… je me mordis la lèvre pour ne rien répondre parce que si je me laissais aller maintenant je lui sautais dessus de nouveau et là sincèrement on en avait pour la nuit entière et on avait un taff quand même ! Parlons plutôt douche… ouais bien froide la douche là x) ~

- Ouais. J’y pensais.

~ Waouuuu il pense !! Bon ça va hein j’ ai le droit de me marré toute seule dans mes pensées quand même pff ou va le monde mes braves gens. Il ne m’avait pas effleuré l’esprit une seule seconde qu’il puisse mal prendre mon commentaire, je ne faisais après tout qu’énoncer la vérité. ~

- Viens
- Ou tu veux quand tu veux x)


~ Oui alors là j’ai pensé à haute voix, ça m’arrive assez fréquemment, n’en soyez pas étonné x) Parce que je pense que quand j’ai une connerie à dire vaut mieux qu’elle sorte parce que si je la rumine après ça devient de pire en pire là au moins ma réponse restait dans le ton du moment. Bref après avoir passé ma minijupe je le suivais tranquillement. Aujourd’hui je prendrais ma douche dans celle du boss.. pourquoi pas hein ça me permets de rester plus longtemps avec lui parce que… sincèrement être dans ses bras n’a vraiment rien de désagréable. Je le laissais entrer dans la douche avant moi en profitant pour me regarder dans la glace et passé mes doigts sur la trace que j’avais dans le cou avant de l’entendre grogner. Mutine je me retournais avec un petit sourire aux lèvres. J’ôtais rapido mes fringues et je le rejoignais sous l’eau chaude et agréable. Attrapant une éponge qui se trouvait par là je me plaçais dans son dos histoire de panser mes conneries. N’empêche vu d’ici beau travail x) et belle vue au passage. Je déposais un baiser sur les griffures tout en écoutant sa question. ~

- Tu vis toujours sous ta tente alors ?
- Ouep belle tente 4 places sur la plage… un endroit tranquille pour Salsa et moi.


~ Mon chien… jamais très loin de moi-même quand je bossais au coyott. ~

- C’est vrai que t’es jamais venu voir encore…

~ Une main sur son ventre et l’entourant donc alors que la seconde effleurait ses blessures avec l’éponge. Non non j’étais pas complètement timbrée j’allais pas frotter comme une malade. ~

- Je suis libre et au moins ça évite que mon daron vienne squatter.

~ Parce que si j’me payais une chambre ou autre étrangement il se souvenait de mon existence étrange non ? x) mon père se souvenait de moi quand je pouvais lui rapporté en faite. ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Dim 11 Avr - 23:08


.§.

Ouais ouais on était censé bosser à un moment mais cela n’empêchait pas de profiter de ce genre de moment une fois de temps en temps tout de même aussi ce n’était pas ce qui allait me déranger pour déposer un baiser sur le corps de ma coyott. Surtout à cet endroit ci… Je revins contre elle pour lui voler un nouveau baiser avant de récupérer mon pantalon et mon boxer. Une douche ne serait pas de refus en effet. Non seulement j’avais quand même porté pas mal de cartons quelques instants plus tôt mais j’avais aussi eu une toute autre activité physique qui m’avait donné… chaud… Et vu la douleur que j’avais dans le dos il était temps que je désinfecte tout cela et avec Sam ce serait encore mieux.

« Ou tu veux quand tu veux x) »
« Tout de suite. Dans la douche. »

Je lui adressais un léger sourire en coin avant de l’entrainer dans mon bureau puis dans la salle d’eau qui y était rattaché. Autant profiter d’une bonne douche ensemble. Surtout que nous avions du temps devant nous. L’eau chaude coulant sur mon dos eu le don de me faire grogner. Oui j’avais l’habitude d’être blessé étant donné que j’avais toujours un sportif et anciennement un boxeur pro mais cela n’empêchait que je n’étais pas fait de marbre aussi je ne me taisais que rarement quand j’avais mal. Fermant les yeux, je posais mes mains sur le carrelage de la douche en me poussant légèrement pour laisser entrer Sam sous l’eau. J’avais pris le savon quand elle se colla dans mon dos pour déposer un baiser sur mes blessures. Je grimaçais sans rien dire cependant comme je n’étais pas pour me déplaire. Bien au contraire.

« Ouep belle tente 4 places sur la plage… un endroit tranquille pour Salsa et moi. »
« Ton clebs va bien ? »

Oui je savais qui était Salsa comme les coyott pouvaient prendre en cuisine les rares trucs qu’on pouvait preparer au Coyott en plus des boissons et que je préférais qu’elles récupèrent plutôt qu’on jette. On faisait souvent plus pour cela d’ailleurs et Sam récupérait souvent pour son chien que j’avais jamais vu par contre.

« C’est vrai que t’es jamais venu voir encore… »
« Non. Tu connais pas ma maison non plus. »

Je n’amenais jamais de jeunes femmes chez moi comme j’y vivais avec ma fille et que je n’avais pas envie de lui montrer des femmes qu’elle ne reverrait jamais. Après cela ne me dérangeait pas que mes coyotts viennent ou autre comme elles faisaient déjà parties des gens dont Lou avait l’habitude de voir donc cela ne me dérangerait si elle avait besoin d’un endroit pour dormir une fois. Non je ne comptais pas lui dire étant donné que je finissais par connaitre le caractère fier et solitaire de Sam et que je n’avais pas envie de la braquer. Oui oui ça m’arrivait de penser de temps en temps…

« Je suis libre et au moins ça évite que mon daron vienne squatter. »
« Tu as l’air d’avoir de bonnes relations avec ta famille… »

Moi je n’en avais plus à part Lou donc c’était beaucoup plus simple et je devais avouer que j’aurais aimé pouvoir avoir encore des contacts avec les miens mais ils étaient surement beaucoup plus faciles à vivre que le père de Sam dont je n’entendais jamais parlé à part en mauvais termes. Après ce n’était pas ma vie non plus hein. Me raidissant quand elle passa l’éponge sur mes marques, je reposais le savon pour la laisser faire. Je fermais les yeux en profitant de l’eau chaude de nouveau et en posant ma main sur celle qu’elle venait de poser sur mon ventre. L’autre passa derrière moi pour aller se poser sur ses fesses dont je profitais de la douceur en la laissant faire… C’était douloureux mais j’appréciais qu’elle le fasse.

« Mais tu sais aussi être douce… »

Comme quoi….

.§.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Lun 26 Avr - 12:42

- Tout de suite. Dans la douche.

~ Rooo c’était pas drôle ça, y’avait quand même plus indécent encore comme demande… mais bon c’était clair que j’allais pas faire la fine bouche surtout que j’avais super envie de prendre une douche moi aussi, j’aimais bien passé des heures dans l’eau jusqu’à ce que mes paumes et mes doigts deviennent aussi fripé qu’une vieille fille de 50 ans. N’ayant jamais eu de maison les douches je connaissais essentiellement celles de la plage que j’utilisais quotidiennement. Bref je le suivais sans broncher bien au contraire et continuait à jouer avec lui. Le temps que ça durerait j’en profiterai parce que j’étais comme ça, je profitais toujours pleinement des bons moments. Je suis une nana positive je l’ai toujours été et croyez moi je le serai toujours parce que se lamenter sur son sort ben… ça sert à rien du tout !

Une fois sous la douche je rentrais pour prendre ma place, parce que oui je suis pas une demi portion et qu’il faut m’en laisser de la place surtout que moi j’aime prendre mes aises x) mais là ben fallait déjà que je soigne le gros vilain bobo de mon boss… alala les mecs, impossible pour eux de se passer de femme… ou d’infirmière. Quoi ? Ben ouais c’est moi qui l’ai griffé et alors ? Il l’avait mérité non ? Attendez j’aurai été une petite nature moi je marchais comme un canard pendant 15 jours avec les marques que j’avais sur les cuisses alors faire la danse des canards aux clients j’suis pas certaine que ce soit l’idéal… fin bref. Maxou grognait tel l’ours qu’il savait si bien être et moi ben… ça m’amusait x) ~

- Ton clebs va bien ?
- Mon CHIEN se porte très bien, il doit pas être bien loin il sait que Lou à toujours des miettes de gâteaux dans ses poches…


~ J’avais sur prononcé le chien tout comme j’avais appuyé un peu plus fort avec l’éponge histoire qu’il ne traite pas de nouveau l’homme de ma vie de clebs. Salsa était plus fidèle que n’importe quel autre être sur cette terre alors il méritait un peu de respect non mais ! En revanche oui il trainait toujours dans le coin et pour plusieurs raison, la principale était que ou j’allais il n’était jamais loin… il veillait sur moi et la seconde et ben c’était Lou avec qui il s’entendait plus que bien. Salsa est une vraie crème surtout avec les gosses et il fait tellement gros nounours qu’en général c’est réciproque. ~

- Non. Tu connais pas ma maison non plus.
- Ah ouais le truc avec un toit et tout le grand luxe quoi… faudra que je squatte un jour. Tu acceptes les chiens dans ton palace ?


~ Ben il amenait bien ce qu’il voulait chez lui moi je n’amenais jamais personne sous ma tente a part ceux que je pouvais qualifier d’ami, parce que les autres… en général ben je les volais alors forcement ça aidait pas x) Et puis ma tente c’était mon chez moi d’ailleurs fallait pas trop s’en approcher quand il n’y avait que Salsa dedans parce que mon nounours savait grogné lui aussi, c’était pas un mâle pour rien. Sans m’en rendre compte je me raidissais aux paroles qu’il prononça ensuite. ~

- Tu as l’air d’avoir de bonnes relations avec ta famille…

~ C’était le terme famille qui me faisait cet effet là, une famille j’en avais pas et j’en avais jamais eu… mon père ressemblait plus à un mac qu’à autre chose avec moi…Alors ouais j’étais devenue bien plus coincée et je n’avais même pas répondu… Que devais-je répondre ? Après tout mon père ne s’était jamais comporté comme tel et je n’avais jamais eu de mère… ni oncle ni tante, ni grand parents… ni cousin… alors comment parler de quelque chose qu’on ne connaissait pas ? Bref je repris mes esprits lorsque je senti sa main sur mon c*l et que je l’entendais dire que j’étais douce. ~

- Mais tu sais aussi être douce…
- Je suis une nana surprenante…


~ Et lui il savait être doux ? Sérieux pas trop souvent hein mais de temps en temps ça pouvait être agréable comme là quoi… moi par exemple je savais ne pas être bourrine quand je soignais Max ou que je jouais avec Lou par exemple… ~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Père Castor raconte nous une histoire…   Aujourd'hui à 9:04

Revenir en haut Aller en bas
 

Père Castor raconte nous une histoire…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA in Live :: Topics Abandonnés-